Go to Contents Go to Navigation

La Corée du Nord critique les nations européennes pour leur déclaration dénonçant le tir de MSBS

Actualités 10.10.2019 à 20h44

SEOUL, 10 oct. (Yonhap) -- La Corée du Nord s'en est pris ce jeudi aux nations européennes du Conseil de sécurité des Nations unies (UNSC) pour avoir publié une déclaration condamnant son récent essai d'un nouveau missile mer-sol balistique stratégique (MSBS), la qualifiant de «grave provocation» contre Pyongyang.

Dans un communiqué de l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA), un porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères a accusé les Etats-Unis de pousser les pays européens à signer la déclaration, avertissant que Pyongyang pourrait reconsidérer les mesures qu'il a prises pour instaurer la confiance avec Washington.

«Il y a une limite à la patience de la RPDC, et il n'y a aucune garantie que toute notre patience continuera indéfiniment», a déclaré le porte-parole, faisant référence à la Corée du Nord sous son nom officiel, la République populaire démocratique de Corée.

Suite au tir de missile en Corée du Nord la semaine dernière, la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne, la Pologne, la Belgique et l'Estonie ont publié mardi une déclaration commune exhortant Pyongyang à s'engager dans des négociations de dénucléarisation «significatives» avec les Etats-Unis.

Avec ses missiles balistiques intercontinentaux (ICBM), le programme de MSBS nord-coréen est considéré comme l'une des plus grandes menaces pour les Etats-Unis et leurs alliés car il pourrait étendre la portée des missiles nucléaires nord-coréens. Les MSBS sont également difficiles à détecter avant leur sortie de l'eau.

Ce dernier essai de MSBS a eu lieu quelques jours à peine avant la reprise des pourparlers nucléaires de niveau opérationnel avec les Etats-Unis à Stockholm.

Il s'agissait de la première rencontre entre les deux parties depuis l'échec du sommet de Hanoï entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un en février. Les pourparlers ont une nouvelle fois échoué, le Nord accusant les Etats-Unis de ne pas être parvenus à présenter une nouvelle proposition.

Le porte-parole du ministère a déclaré que la Corée du Nord a constaté l'intention des Etats-Unis de venir aux pourparlers les «mains vides» et «d'encourager» ses «satellites» à publier une telle déclaration contre la Corée du Nord.

«L'UNSC s'en prend à la juste mesure de notre droit à l'autodéfense, tout en restant muet sur le tir d'essai de l'ICBM Minuteman 3 récemment mené par les Etats-Unis», peut-on lire dans le communiqué, qui ajoute que le tir d'ICBM américain aurait eu pour but de faire pression sur le Nord.

Le porte-parole a également fait allusion à la possibilité que Pyongyang reprenne ses propres essais nucléaires ou d'ICBM, affirmant que le pays pourrait prendre une contre-mesure correspondante au lancement de l'ICBM américain, mais qu'il s'abstient de le faire.

Annonçant l'échec des pourparlers de travail de samedi, Kim Myong-gil, le principal négociateur nucléaire nord-coréen, a déclaré que tout dépendait de Washington pour que Pyongyang maintienne le moratoire qu'il s'est imposé sur les essais nucléaires et les essais d'ICBM.

Photo publiée par l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) et montrant un missile tiré depuis les eaux au large de la côte est de la Corée du Nord, le 2 octobre 2019. (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page