Go to Contents Go to Navigation

(LEAD) La Corée du Sud mobilisera tous les moyens pour renforcer la compétitivité industrielle

Actualités 11.10.2019 à 11h33
Le ministre de l'Economie et des Finances, Hong Nam-ki, prend la parole lors de la première réunion du conseil sur la compétitivité nationale des matières, composants et équipements, à la Chambre de commerce et d'industrie de Corée (KCCI) à Séoul, le vendredi 11 octobre 2019.

SEJONG, 11 oct. (Yonhap) -- La Corée du Sud débloquera plus de 2.000 milliards de wons (1,6 milliard de dollars) chaque année pour renforcer la compétitivité du pays dans les matériaux industriels, composants et équipements, a fait savoir vendredi le ministère de l'Economie et des Finances.

Le ministre Hong Nam-ki a également annoncé que la Corée du Sud chercherait à assurer un approvisionnement stable en matériaux, pièces détachées et équipements.

Cette démarche fait partie d'une série de mesures présentées récemment par le gouvernement dans le cadre des efforts pour réduire la forte dépendance vis-à-vis du Japon dans ces domaines sur fond de restrictions d'exportation japonaises.

Chung Hae-kwan, le négociateur sud-coréen en chef, rencontrera cet après-midi à Genève son homologue japonais, un premier pas vers la solution au sein de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Il s'agira de la première réunion entre les deux pays depuis que Séoul a déposé officiellement une plainte auprès de l'OMC pour protester contre la décision du Japon de renforcer les restrictions d'exportations vers la Corée du Sud de trois matériaux essentiels dans la production de semi-conducteurs et d'écrans flexibles, à savoir le polymère fluoré, la résine photosensible et le gaz de gravure.

Le gouvernement japonais a décidé également de supprimer la Corée du Sud de sa «liste blanche» des pays partenaires bénéficiant d'un statut préférentiel, une mesure de représailles apparente contre les verdicts rendus l'année dernière par la Cour suprême sud-coréenne qui a ordonné à des entreprises japonaises d'indemniser des victimes coréennes du travail forcé durant le régime colonial nippon (1910-1945).

Si la Corée du Sud et le Japon ne parviennent pas à résoudre leurs divergences dans les 60 jours, l'Organe de règlement des différends de l'OMC mettra en place un panel pour étudier plus profondément cette affaire.

Les efforts de Séoul pour diversifier ses sources d'importations de matériaux clés commencent à porter leurs fruits, a indiqué Hong en ajoutant que les entreprises sud-coréennes se tournent vers la Chine et Taïwan pour s'approvisionner en gaz de gravure.

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page