Go to Contents Go to Navigation

(2e LD) Moon présente ses excuses pour les questions liées au ministre de la Justice

National 14.10.2019 à 20h13

SEOUL, 14 oct. (Yonhap) -- Le président Moon Jae-in a présenté publiquement ses excuses pour avoir causé de grands conflits sociaux avec les questions concernant le ministre de la Justice Cho Kuk qui a annoncé sa démission.

«Je suis vraiment désolé d'avoir causé, par conséquent, beaucoup de conflits», a-t-il déclaré au début d'une réunion hebdomadaire avec ses conseillers de Cheong Wa Dae, le bureau présidentiel.

Sa déclaration est survenue une heure après que le ministère de la Justice a fait part de la décision de Cho de se retirer.

Moon a dit que la société sud-coréenne avait enduré beaucoup de problèmes provenant de l'affaire de Cho.

Il a ajouté que cela avait toutefois servi d'opportunité pour sensibiliser le public sur le besoin urgent de réformer le Parquet.

La résolution de Cho pour la réforme a été surtout une «grande force motrice» pour le plan de réforme, a-t-il souligné.

Le président Moon Jae-in assiste à une réunion avec ses principaux adjoints au bureau présidentiel à Séoul le 14 octobre 2019.
Le ministre de la Justice Cho Kuk entre chez lui dans le sud de Séoul peu après avoir annoncé sa décision de démissionner le 14 octobre 2019.

Moon a cité une série de mesures de réforme, rédigées par le ministère de la Justice sous la direction de Cho au cours du mois dernier. Parmi celles-ci figurent des moyens détaillés de s'attaquer aux pratiques répréhensibles profondément enracinées au Parquet.

Plus tôt dans la journée, Cho a annoncé le plan de réforme, qui comprend la réduction des «unités spéciales d'enquête» qui se spécialisent dans les scandales de corruption impliquant des hauts fonctionnaires du gouvernement ou des chefs de conglomérats.

«Il s'agit de commencer la réforme du Parquet», qui a longtemps été demandée mais que l'administration précédente n'a pas faite, a dit Moon.

Il a chargé le gouvernement d'assurer le suivi du plan de réforme et d'achever les procédures administratives pertinentes, si nécessaire, d'ici la fin du mois.

Le président a promis de poursuivre la campagne «jusqu'au bout» malgré la démission de Cho, affirmant que la réforme du Parquet et la promotion de l'équité sont les principaux objectifs et tâches politiques de son administration.

Il n'est pas certain que le départ de Cho libérera pleinement Moon du fardeau politique qui pèse sur lui depuis des mois.

De plus en plus d'électeurs tournent le dos au bloc au pouvoir, suscitant un sentiment de crise parmi les membres du Parti Démocrate (PD), à l'approche des élections générales qui se tiendront dans six mois seulement.

La cote d'approbation du président a chuté à son niveau le plus bas, comme l'ont montré de nombreux sondages d'opinion. Le taux de soutien au PD est tombé à 35,3%, le plus faible en sept mois, selon le dernier sondage de Realmeter.

En revanche, le principal parti d'opposition, le Parti Liberté Corée (PLC), a vu son taux d'approbation passer à 34,4%, réduisant ainsi l'écart entre les deux partis à son plus bas niveau depuis les débuts de l'administration Moon en mai 2017.

Les procureurs devraient demander un mandat d'arrêt contre l'épouse de Cho dès cette semaine pour son association avec le fonds de capital-investissement prétendument géré par le fils d'un des cousins de Cho. Elle a déjà été inculpée de contrefaçon d'un document utilisé dans la demande d'admission de sa fille dans une école de médecine postdoctorale.

La controverse créée par la nomination de Cho se poursuivra probablement si elle est reconnue coupable et si Cho est lui aussi reconnu coupable d'actes répréhensibles. Moon pourrait regagner l'appui du public s'il s'avère qu'ils sont innocents.

L'image réformiste du gouvernement a été sérieusement entachée dans la tourmente Cho Kuk et les critiques ressortent enhardis de la démission de l'allié politique de Moon, une «icône de réforme» du gouvernement libéral.

Une défaite du PD aux élections, prévues le 15 avril 2020, affaiblirait davantage le président Moon Jae-in, qui entamera le mois prochain la seconde moitié de son unique mandat de cinq ans.

mjp@yna.co.kr

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page