Go to Contents Go to Navigation

(2e LD) Qualifications Mondial 2022 : le président de la Fifa «déçu» par l'absence de supporters au match intercoréen

Actualités 16.10.2019 à 17h19
Le président de la Fifa Gianni Infantino serre la main de Kim Jang-san, secrétaire général de la Fédération de football de la République populaire démocratique de Corée, à son arrivée à l'aéroport international de Sunan à Pyongyang le 15 octobre 2019 pour assister à un match de qualification entre les deux Corées. (AFP=Yonhap)
Match de qualification Sud-Nord
Dribble

SEOUL, 16 oct. (Yonhap) -- Le président de la Fédération internationale de football association (Fifa), Gianni Infantino, a exprimé sa déception après s'être déplacé à Pyongyang dans l'espoir de voir un stade plein pour un match de qualification pour la Coupe du monde de football 2022 entre les deux Corées.

Hier, les deux Corées ont fait match nul devant des tribunes vides au stade Kim Il-sung à Pyongyang, dans la cadre de la deuxième phase des qualifications pour le Mondial 2022. Il s'agissait de leur premier match disputé dans la capitale nord-coréenne depuis 1990, quand elles s'étaient affrontées pour une rencontre amicale en faveur de la réunification.

Alors que le derby intercoréen devait attirer 40.000 spectateurs, la Corée du Nord a fermé les portes du stade au public pour des raisons encore inconnues. Il n'y a pas eu non plus de diffusion du match en direct au Sud, le Nord n'ayant pas autorisé la venue de journalistes sud-coréens. Seuls Infantino et une poignée d'autres responsables du monde du football ainsi que des diplomates étrangers étaient sur place tandis que les journalistes étrangers ont été interdits d'accès.

«J'avais hâte de voir un stade rempli pour un tel match historique mais étais déçu de voir qu'il n'y avait pas de fans dans les tribunes», a déclaré Infantino sur le site officiel de la Fifa. «Nous sommes surpris par cela et par plusieurs questions liées à sa diffusion en direct ainsi qu'aux problèmes de visa et d'accès de journalistes étrangers. Pour nous, la liberté de la presse et la liberté d'expression sont évidement primordiales mais, d'un autre côté, ce serait naïf de croire que nous pouvons changer le monde d'une minute à l'autre.»

«Nous avons soulevé ces questions auprès de l'association locale et nous continuerons sûrement à mener des efforts pour que le football puisse avoir une influence positive en Corée RPD (Corée du Nord) et dans d'autres pays à travers le monde», a ajouté Infantino.

L'Association coréenne de football (KFA) du Sud a dit vouloir examiner ses options avant de décider de déposer ou non une plainte formelle auprès de la Fifa et de la Confédération asiatique de football (AFC).

«Normalement, la Fifa et l'AFC demandent aux pays hôtes des matchs de qualification de coopérer aux activités des média pour les équipes en déplacement et leurs supporters», a noté un responsable de la KFA. «Comme nos supporters et journalistes n'ont pas pu voyager en Corée du Nord, nous allons voir s'il n'y a pas de moyen de tenir la Corée du Nord responsable.»

Il a dit que la KFA ne serait pas informée des circonstances à l'origine de la décision du Nord jusqu'au retour de l'équipe nationale dans le pays demain matin en ajoutant que la KFA prendra sa prochaine mesure après avoir parlé d'abord avec les membres de l'équipe.

Le bureau du président Moon Jae-in qui s'emploie à maintenir l'élan du processus de paix sur la péninsule coréenne a également affiché sa déception suite au refus par Pyongyang d'autoriser des spectateurs à suivre le match dans les tribunes et de le retransmettre en direct.

«Nous trouvons cela très regrettable», a déclaré un officiel de Cheong Wa Dae sous couvert d'anonymat.

Les Sud-Coréens s'attendaient à un réchauffement diplomatique à travers cet événement sportif, tout comme les Jeux olympiques d'hiver de PyeongChang avaient ouvert la voie à une offensive de paix, a-t-il noté.

«Nous avons fait de notre mieux (cette fois-ci)» et il est regrettable qu'il n'y ait pas eu d'accomplissement comme celui de PyeongChang, a-t-il ajouté.

Le ministère de l'Unification a déclaré qu'il tenterait d'éclaircir les raisons de la décision du Nord d'interdire aux spectateurs d'entrer au stade une fois que la délégation sud-coréenne aura regagné le pays.

Reste à savoir si la vidéo du match sera retransmise ou non en Corée du Sud.

Un officiel du ministère a affirmé plus tôt que le Nord avait promis de fournir l'enregistrement du match lors du retour de l'équipe sud-coréenne mais le porte-parole du ministère Lee Sang-min a noté que le Nord n'a pas clairement dit si la vidéo sera appropriée pour diffusion.

L'équipe sud-coréenne quittera Pyongyang plus tard dans la journée et sera de retour dans le pays demain via Pékin.

L'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) a de son côté rapporté hier soir le match dans une courte dépêche en disant que les deux équipes ont fait un match d'«attaques et contre-attaques» qui s'est terminé sur un score nul.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page