Go to Contents Go to Navigation

Le gouvernement recommande de ne pas utiliser de cigarettes électroniques en raison des risques pour la santé

Actualités 23.10.2019 à 17h00

SEOUL, 23 oct. (Yonhap) -- La Corée du Sud a vivement recommandé ce mercredi de ne pas utiliser de cigarettes électroniques aromatisées, rejoignant ainsi la vague de pays à travers le monde qui ont imposé une réglementation plus stricte face aux risques croissants pour la santé liés au vapotage.

Le ministre de la Santé et des Affaires sociales, Park Neung-hoo, a déclaré que le gouvernement avait aussi immédiatement interdit aux adolescents d'utiliser des cigarettes électroniques aromatisées, ou e-liquide, avertissant que de tels produits de vapotage pourraient provoquer une maladie pulmonaire grave ou la mort.

Park a fait savoir que les récents cas de décès et de maladies survenus aux Etats-Unis ont renforcé l'urgence de son examen des politiques contre la vapotage et les cigarettes électroniques.

«Alors que plusieurs maladies respiratoires graves et décès ont été signalés aux Etats-Unis et en Corée du Sud, le gouvernement met fortement en garde contre l'utilisation de cigarettes électroniques jusqu'à ce que leurs liens avec les maladies soient clairement identifiés», a annoncé Park devant la presse.

«Etant donné que les cigarettes électroniques sont directement liées à la santé publique, des réglementations plus strictes sur les produits du tabac doivent être rapidement approuvées par le Parlement, et le gouvernement déploiera des efforts concertés pour en assurer l'adoption.»

Le ministre de la Santé et des Affaires sociales, Park Neung-hoo (au centre), a recommandé aux citoyens de ne pas utiliser de cigarettes électroniques en raison des risques pour la santé, lors d'une réunion d'information tenue à Séoul le 23 octobre 2019.

Les mesures suivent les recommandations du gouvernement concernant l'utilisation de cigarettes électroniques aromatisées après que des préoccupations relatives à leur utilisation chez les jeunes ont provoqué une réaction brutale contre le vapotage aux Etats-Unis.

Le gouvernement a déclaré qu'il allait renforcer les mesures de sécurité sur les cigarettes électroniques et les importations de nicotine liquide, ainsi que sur la vente et la promotion des produits du tabac illégaux.

Il s'est également engagé à exiger des fabricants et des importateurs de tabac qu'ils soumettent des documents sur les composants de la cigarette électronique et à appliquer une réglementation plus stricte sur les matériaux.

Un total de 36 cigarettes électroniques de 11 entreprises du secteur du tabac sont actuellement vendues dans le pays, tandis que des produits de vaporisation non réglementés à base de tige et de racine de nicotine sont disponibles sur le marché noir.

En mai, Juul Labs, important fabricant de cigarettes électroniques, a lancé ses produits en Corée du Sud pour cibler le nombre croissant d'utilisateurs d'appareils de vapotage dans le pays. Le fabricant de tabac sud-coréen KT&G a peu de temps après mis sur le marché sa cigarette électronique Lil Vapor pour contrer la concurrence de la start-up américaine.

Le ministère a vivement mis en garde contre l'utilisation de cigarettes électroniques, en particulier chez les jeunes, les femmes enceintes, les patients atteints d'une maladie pulmonaire et les non-fumeurs, et a recommandé aux enseignants et aux parents de surveiller de près l'utilisation de ces cigarettes chez les adolescents.

Il a conseillé aux utilisateurs qui ont des troubles respiratoires et d'autres problèmes de santé de se rendre dans les hôpitaux pour vérifier leurs poumons.

Les responsables de la santé publique ont également mis en garde contre les changements arbitraires dans les dispositifs de cigarettes électroniques et les composants des cartouches, ainsi que contre l'utilisation de produits du tabac vendus sur le marché noir.

Ces conseils sont intervenus alors que des pays du monde entier se dirigent vers l'interdiction de dispositifs liés aux décès et à la dépendance des jeunes.

Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) des Etats-Unis ont recommandé de ne pas utiliser de cigarettes électroniques après une épidémie de lésions pulmonaires liées au vapotage aux Etats-Unis qui a rendu malade plus de 1.400 personnes et en a tué 33.

Walmart a cessé de vendre des cigarettes électroniques et plusieurs détaillants ont annoncé leur intention de restreindre la vente de produits de vapotage aromatisés. De nombreuses voix se sont élevées pour accuser les entreprises de cibler les jeunes avec ces arômes, accroissant ainsi leur dépendance à la nicotine.

En Corée du Sud, un cas suspect de maladie respiratoire liée au vapotage a été signalé plus tôt ce mois-ci. Le patient avait déjà fumé des cigarettes classiques avant de passer récemment à la cigarette électronique, selon des responsables de la santé.

Le marché mondial des cigarettes électroniques représentait 15,7 milliards de dollars en 2018 et devrait plus que doubler pour atteindre 40 milliards de dollars en 2023, selon une étude de marché menée par Euromonitor International.

Le gouvernement recommande de ne pas utiliser de cigarettes électroniques en raison des risques pour la santé - 2

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page