Go to Contents Go to Navigation

(LEAD) Arrestation de l'épouse de Cho Kuk après 2 mois d'enquête

National 24.10.2019 à 09h06

SEOUL, 24 oct. (Yonhap) -- Chung Kyung-sim, l'épouse de l'ancien ministre de la Justice Cho Kuk, a été arrêtée jeudi suite à une décision judiciaire qui devrait accélérer l'enquête du Parquet sur des charges concernant l'admission à l'université de sa fille et des investissements financiers.

A l'issue d'une audience mercredi, la Cour centrale du district de Séoul a autorisé la délivrance d'un mandat d'arrêt à l'encontre de Chung, professeur à l'université Dongyang, en précisant que les accusations sont justifiées et qu'il y a une possibilité de destruction de preuves, entre autres raisons.

Pendant environ deux mois, le Parquet s'est penché sur la famille de Cho pour des allégations de falsification d'une citation d'un président d'université, investissements douteux dans un fonds de placement privé et faveurs académiques.

La décision de la cour devrait accélérer l'investigation qui vise la famille de Cho et qui s'est poursuivie malgré les critiques selon lesquelles l'enquête est excessive.

Il y a une forte possibilité que le Parquet convoque Cho pour un interrogatoire sur des soupçons selon lesquels l'ancien ministre de la Justice aurait été au courant des charges pesant sur Chung ou même serait impliqué.

L'épouse de l'ancien ministre de la Justice Cho Kuk (au centre) comparaît devant la Cour centrale du district de Séoul, dans le sud de Séoul, le 23 octobre 2019, pour une audience qui décidera de la délivrance d'un mandat d'arrêt contre elle.

Le Parquet avait demandé lundi un mandat d'arrêt contre Chung en se basant sur 11 chefs d'accusation pour entrave à des activités administratives, détournement de fonds et complicité dans la destruction de preuves.

Chung, âgée de 57 ans, aurait été impliquée dans la contrefaçon d'une citation d'un président d'université pour aider sa fille à entrer dans une école de médecine. Elle est confrontée aussi à des allégations de détournement de fonds et de violation du droit des marchés financiers alors qu'elle a investi avec ses enfants 1 milliard de wons (850.000 dollars) dans un fonds de placement privé. Chung nie toutes les allégations.

La santé de Chung n'a pas eu d'incidence sur la décision du tribunal. Citant les résultats d'un examen d'IRM, ses avocats ont déclaré qu'elle avait récemment était diagnostiquée avec une tumeur au cerveau et un infarctus cérébral. La cour a jugé toutefois qu'elle pourrait supporter l'investigation lors de sa détention.

Les derniers développements sont survenus une semaine après que Cho a démissionné abruptement sur fond de controverse sur ses qualifications pour diriger le ministère de la Justice.

Architecte clé de la volonté du président Moon Jae-in de réformer le Parquet, Cho avait été nommé le 9 septembre en dépit des objections des partis d'opposition.

Après sa nomination, des manifestants avaient organisé des rassemblements pour et contre cette décision et les mesures de réforme du Parquet.

Les partisans de Cho ont demandé de réformer minutieusement l'agence d'investigation élitaire et ont qualifié l'enquête du Parquet sur sa famille de politiquement motivée.

Les soutiens de l'ancien ministre ont condamné la décision et se sont engagés à poursuivre les veillées à la bougie pour empêcher la justice de donner ce qu'ils appellent un «verdict erroné».

Cependant, ceux qui s'opposent à la famille de Cho se sont félicités de la décision, en affirmant que Cho doit aussi être arrêté.

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page