Go to Contents Go to Navigation

Mont Kumgang : le ministre de l'Unification et des hommes d'affaires cherchent des solutions

Corée du Nord 31.10.2019 à 16h15

SEOUL, 31 oct. (Yonhap) -- Le ministre de l'Unification Kim Yeon-chul a rencontré jeudi des représentants des opérateurs sud-coréens du programme touristique en suspens au mont Kumgang en Corée du Nord pour discuter de la demande de Pyongyang pour le démantèlement de toutes les installations dans la station de montagne.

La rencontre entre Kim, le président de Hyundai Asan Corp., Bae Kook-hwan, et le président de l'Office du tourisme coréen (KTO), Ahn Young-bae, a eu lieu après que le Nord a rejeté l'offre de Séoul de tenir des pourparlers sur sa demande de supprimer toutes les installations construites par la Corée du Sud.

Le Nord avait déclaré qu'il bâtirait sa propre zone touristique internationale au mont. La demande était vue comme une manifestation de la frustration du Nord quant au projet touristique suspendu depuis longtemps sur fond de sanctions internationales contre Pyongyang.

«Comme nous sommes dans une situation grave, je pense que nous devons travailler ensemble pour trouver des solutions en partageant des informations et en mobilisant la sagesse», a souligné Kim au début de la réunion. «Je vous ai demandé de venir ici parce que je pense qu'il est important de discuter non seulement des questions techniques mais aussi de l'ensemble de l'orientation (politique).»

En exprimant leurs frustrations face à la demande récente de Pyongyang de retirer leurs installations, les chefs de Hyundai Asan et de la KTO ont appelé le gouvernement à faire de son mieux pour protéger les droits de propriété de ses citoyens.

Le gouvernement et des entreprises sud-coréens ont investi dans des installations de la station, y compris des hôtels et restaurants nécessaires au programme touristique au mont. En particulier, Hyundai Asan, l'opérateur du programme, a dépensé environ 800 milliards de wons (68,7 millions de dollars).

Le gouvernement a déclaré que sa priorité était de protéger les droits de propriété des entreprises sud-coréennes quant à la question du mont Kumgang.

Le ministre de l'Unification Kim Yeon-chul.

Lancé en 1998, le programme touristique au mont Kumgang était considéré comme un symbole de réconciliation et de coopération économique entre les deux Corées.

Près de 2 millions de touristes sud-coréens avaient visité le mont jusqu'à l'arrêt du projet en 2008 suite à la mort d'une touriste sud-coréenne tombée sous les balles d'un soldat nord-coréen. La plupart des bâtiments construits dans la station prennent la poussière depuis.

Le président Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un étaient convenus en septembre dernier de redémarrer le programme touristique dès que les conditions seront remplies.

Cependant, peu de progrès ont été réalisé sur fond d'inquiétudes selon lesquelles cela pourrait affecter les sanctions économiques mondiales, alors que les discussions sur la dénucléarisation entre Pyongyang et Washington n'ont guère avancé.

La Corée du Sud a fait allusion récemment à son intention d'autoriser les voyages individuels au mont Kumgang s'il y a un progrès dans le dialogue avec la Corée du Nord sur la garantie de sécurité de ses citoyens. Il n'est toutefois pas clair si le Nord acceptera une telle proposition en cherchant à supprimer toutes les installations sud-coréennes.

Le Nord a refusé récemment l'offre de Séoul pour une réunion de niveau opérationnel afin de parler de la question du mont Kumgang, en demandant d'en discuter via des échanges de documents au lieu d'un face-à-face.

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page