Go to Contents Go to Navigation

Kang reconnaît que la fin du GSOMIA pourrait profiter à la Corée du Nord et à la Chine

Actualités 08.11.2019 à 20h18
La ministre des Affaires étrangères Kang Kyung-wha lors d'une session parlementaire à l'Assemblée nationale à Séoul le 8 novembre 2019.

SEOUL, 08 nov. (Yonhap) -- La ministre des Affaires étrangères Kang Kyung-wha a déclaré ce vendredi qu'elle peut comprendre les affirmations selon lesquelles la résiliation éventuelle du pacte d'échange de renseignements militaires entre la Corée du Sud et le Japon pourrait profiter à la Corée du Nord et la Chine.

L'Accord de sécurité générale d'informations militaires (GSOMIA) expirera le 23 novembre, à moins que Séoul ne retire sa décision de mettre fin à l'accord considéré comme favorisant la coopération trilatérale en matière de sécurité entre les Etats-Unis et leurs deux alliés asiatiques.

«Je pense qu'une telle évaluation peut être faite», a déclaré Kang lors d'une séance parlementaire en réponse à la demande d'un député de donner son avis sur l'argument selon lequel Pékin et Pyongyang bénéficieraient de la fin du GSOMIA.

Séoul a annoncé en août sa décision de ne pas renouveler le GSOMIA suite aux restrictions à l'exportation de Tokyo, considérées comme des représailles aux arrêts rendus l'an dernier par la Cour suprême sud-coréenne contre des entreprises japonaises ayant pratiqué le travail forcé en temps de guerre.

Washington s'est opposé à cette décision, faisant pression sur Séoul pour qu'il revienne sur sa décision tout en soulignant l'importance des efforts de coopération trilatérale en matière de sécurité face aux menaces militaires nord-coréennes et à la montée en puissance de la Chine.

Kang a défendu la décision de Séoul comme une décision inévitable dans un contexte de différends bilatéraux d'ordres commercial et historique.

«Nous avons suffisamment pris en considération la possibilité que cette décision puisse peser sur d'autres relations diplomatiques», a dit Kang.

La ministre a également souligné que Séoul reste attaché à une communication et une coopération étroites avec Washington sur la question du GSOMIA.

«Il est vrai que les Etats-Unis ont été déçus», a-t-elle dit. «Je ne peux pas dire qu'il n'y a aucun problème dans les relations entre la Corée du Sud et les Etats-Unis, mais notre détermination à renforcer l'alliance par une coopération maximale reste ferme concernant les ramifications de la décision sur le GSOMIA», a-t-elle ajouté.

Kang a également réaffirmé que Séoul pourrait reconsidérer sa décision si Tokyo annulait les restrictions à l'exportation contre la Corée du Sud.

«C'est une décision que nous ne pouvons pas nous empêcher de prendre en raison d'un changement dans l'environnement sécuritaire causé par les restrictions japonaises à l'exportation», a-t-elle dit. «Comme les restrictions à l'exportation n'ont pas encore été annulées, nous nous en tenons à notre position.»

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page