Go to Contents Go to Navigation

(LEAD) Séoul renvoit le bateau de pêche nord-coréen après l'expulsion de 2 membres d'équipage

National 08.11.2019 à 21h01

SEOUL, 08 nov. (Yonhap) -- Après avoir expulsé vers leur pays d'origine deux Nord-Coréens accusés de meurtres, le gouvernement a remis aujourd'hui à la Corée du Nord le bateau de pêche à bord duquel ils ont fui vers la Corée du Sud, a fait savoir le ministère de l'Unification.

Hier, deux Nord-Coréens dans la vingtaine ont été renvoyés au Nord via le village de la trêve de Panmunjom cinq jours après qu'ils ont été arrêtés dans les eaux près de la Ligne de limite Nord (NLL), dans la mer de l'Est.

Les deux hommes ont avoué avoir tué avec un autre membre d'équipage le capitaine du bateau de pêche sous la colère pour ses actes de violence avant de tuer les autres membres d'équipage un par un plus tard. La troisième personne a été arrêtée au Nord lorsqu'ils ont cherché à rentrer dans leur pays.

Le bateau de 15 mètres de long et d'environ 20 tonnes a été renvoyé en Corée du Nord dans l'après-midi, a indiqué le ministère dans un SMS envoyé aux journalistes. Un responsable du ministère a déclaré qu'il a été remis au Nord via la frontière maritime orientale.

Les expulsions d'hier ont été les premières du genre depuis la guerre de Corée (1950-1953). En règle générale, la Corée du Sud accepte les Nord-Coréens comme transfuges s'ils souhaitent s'installer au Sud pour fuir l'oppression et la pauvreté et rapatrie ceux qui arrivent à la dérive dans le pays, selon leur volonté.

Bien que les deux Nord-Coréens aient exprimé leur volonté de faire défection, le gouvernement a dit avoir décidé de ne pas respecter leur volonté, convaincu qu'ils ont traversé la frontière maritime vers le Sud dans le but de prendre la fuite et d'éviter l'arrestation.

Le ministère de l'Unification, en charge des affaires intercoréennes, a affirmé plus tôt que la décision était destinée à protéger la vie et la sécurité du peuple sud-coréen en notant que des criminels cruels de ce type ne peuvent pas bénéficier de la protection garantie aux réfugiés par la loi internationale.

Certains critiquent toutefois le gouvernement pour avoir décidé à la hâte de les renvoyer au Nord après une enquête de seulement cinq jours et s'être basé uniquement sur leurs aveux sans preuve physique prouvant leur crime. Ils auraient jeté tous les corps dans la mer.

Il y a aussi un appel pour que le gouvernement mette en œuvre des manuels appropriés pour décider l'expulsion de Nord-Coréens en s'appuyant sur des crimes.

Le porte-parole adjoint a défendu la décision de leur renvoi au Nord, disant qu'il y avait des «traces» laissées sur le bateau qui pouvaient étayer leur confession.

«Il y avait à notre connaissance de telles traces (de crime) sur le bateau», a-t-il déclaré aux journalistes lors d'une conférence de presse à la question de savoir s'il y avait des preuves du crime, telles que du sang, glanées sur place.

«En tenant compte de toutes les circonstances, nous avons déterminé qu'ils tentaient de s'enfuir après avoir commis un crime, et qu'ils ne voulaient pas faire défection», a-t-il dit. «Nous prendrons note des voix qui soulignent la nécessité de compléter les procédures pertinentes.»

(LEAD) Séoul renvoit le bateau de pêche nord-coréen après l'expulsion de 2 membres d'équipage - 1

lsr@yna.co.kr

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page