Go to Contents Go to Navigation

Moon reçoit les dirigeants des partis sur fond d'impasse politique

Actualités 11.11.2019 à 10h09

SEOUL, 11 nov. (Yonhap) -- Le président Moon Jae-in s'est entendu dimanche avec les chefs des cinq principaux partis politiques sud-coréens sur la nécessité de reprendre une réunion régulière clé sur les principales questions politiques en suspens, a déclaré un responsable de la formation au pouvoir après une réunion dînatoire à Cheong Wa Dae.

Le président Moon Jae-in (au c.) dîne avec les chefs des cinq principaux partis politiques à Cheong Wa Dae, à Séoul, le dimanche 10 novembre 2019. Sont également présents (dans le sens des aiguilles d'une montre, à partir de la g.) Sohn Hak-kyu du Parti Bareunmirae, Lee Hae-chan du parti au pouvoir, le Parti démocrate, le président Moon, Hwang Kyo-ahn du principal parti d'opposition, le Parti Liberté Corée, Chung Dong-young du Parti pour la démocratie et la paix, Sim Sang-jung du Parti de la justice et Noh Young-min, secrétaire général du bureau présidentiel. (Photo fournie par Cheong Wa Dae. Revente et archivage interdits)

Les chefs des cinq grands partis qui ont assisté à la réunion de près de trois heures étaient Lee Hae-chan du Parti démocrate (PD) au pouvoir, Hwang Kyo-ahn du principal parti d'opposition, le Parti Liberté Corée (PLC) conservateur, Sohn Hak-Kyu de la formation de centre-droit Bareunmirae, Sim Sang-jung du Parti de la justice progressiste et Chung Dong-young du parti de centre-gauche, le Parti pour la démocratie et la paix.

A l'issue de la session, qui s'est tenue à la résidence officielle de Moon au sein du complexe présidentiel, les participants ont eu une «discussion plutôt positive» sur la question de la reprise du conseil permanent sur les affaires de l'Etat entre le parti au pouvoir, ceux d'opposition et le gouvernement, d'après un officiel du PD.

Le dirigeant du PLC a exprimé une «réponse positive que (son parti) va prendre en compte», a ajouté le responsable.

Moon a tenu la réunion inaugurale du conseil avec les leaders des cinq partis en novembre de l'année dernière et prévoyait d'organiser des sessions trimestrielles. Cependant, aucune réunion de suivi n'a eu lieu dans un contexte de conflit politique féroce.

Le rassemblement de dimanche a constitué le premier du genre depuis le 18 juillet pour discuter des moyens de faire face aux restrictions à l'exportation imposées par le Japon contre la Corée du Sud.

Le chef de l'Etat les a invités à sa résidence officielle pour un dîner afin d'exprimer ses remerciements pour leurs condoléances à la suite du décès de sa mère, fin octobre, selon Cheong Wa Dae.

Il s'agissait de la cinquième session de groupe de Moon avec les chefs des partis politiques à Cheong Wa Dae, mais c'était la première fois qu'ils se rencontraient à sa résidence officielle dans l'enceinte présidentielle.

La rencontre s'est déroulée à huis clos, à l'exception de courtes séquences vidéo et de photos fournies par Cheong Wa Dae. De l'alcool de riz a été servi pour accompagner un plat à base de porc afin d'encourager la consommation de porc en pleine épidémie de peste porcine africaine (PPA).

Des points litigieux ont été discutés lors de la réunion, selon les participants.

Sim, la chef du Parti de la justice, a déclaré que le président a souligné «la nécessité pour les partis de coopérer de manière bipartisane» sur des questions telles que les restrictions à l'exportation imposées par Tokyo à Séoul et l'Accord de sécurité générale d'informations militaires (GSOMIA), le pacte de partage d'informations entre les deux pays qui doit expirer ce mois-ci.

Le président a également déclaré que «la décision de la Cour suprême sur le travail forcé au Japon devra être respectée», a indiqué Sim, faisant référence à la décision controversée qui a déclenché le conflit économique et diplomatique entre les deux voisins.

Certains participants se seraient quant à eux disputés au sujet du projet accéléré de réforme électorale qui est au centre d'un conflit politique, selon Chung et le porte-parole du Parti de la justice, Kim Jong-dae.

Alors que Moon espérait que l'Assemblée nationale réglerait le problème, Hwang et Sohn ont brièvement débattu de la question avant que le président n'intervienne. Les deux hommes se sont plus tard excusés.

Les discussions politiques n'ont montré aucun signe d'assouplissement à la suite d'importants projets de réforme des systèmes judiciaire et électoral.

Les partis rivaux divergent radicalement au sujet des projets de loi relatifs à la réforme du Parquet, notamment une proposition visant à créer une unité indépendante chargée d'enquêter sur les allégations de corruption visant les hauts fonctionnaires.

Parmi les autres questions litigieuses figurent la proposition du gouvernement concernant un budget de 513.500 milliards de wons (444 milliards de dollars) pour l'année prochaine et le GSOMIA, qui doit expirer le 23 novembre.

La réunion de dimanche était la première de ce type depuis que l'ancien ministre de la Justice, Cho Kuk, l'un des plus proches conseillers de Moon, a démissionné à la suite d'une série de manifestations massives pour et contre sa nomination. La famille de Cho fait actuellement l'objet d'une enquête pour irrégularités présumées, portant notamment sur des placements douteux de sa femme dans un fonds de capital-investissement.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page