Go to Contents Go to Navigation

(LEAD) Réunion entre les chefs militaires de Séoul et Washington à Séoul

National 14.11.2019 à 11h47
Le général Park Han-ki (à g.), chef d'état-major des armées sud-coréen, et son homologue américain le général Mark Milley, à Séoul, le jeudi 14 novembre 2019.

SEOUL, 14 nov. (Yonhap) -- Les chefs militaires de la Corée du Sud et des Etats-Unis ont entamé aujourd'hui à Séoul une réunion annuelle pour discuter de la situation sécuritaire dans la péninsule coréenne et des questions entre les alliés, y compris l'Accord de sécurité générale d'informations militaires (GSOMIA) entre Séoul et Tokyo qui arrive bientôt à échéance.

Le général Park Han-ki, chef d'état-major des armées sud-coréen, et son homologue américain le général Mark Milley ont organisé la 44e Réunion du comité militaire (MCM). Milley est arrivé ce mercredi à Séoul, dans le cadre de son premier voyage dans la région indo-pacifique depuis sa prise de fonction, selon des officiels.

La réunion se déroulera jusqu'à cet après-midi et les deux hommes donneront une conférence de presse conjointe à l'issue des discussions, ont-ils ajouté.

Durant la réunion, les deux parties évalueront ensemble la situation sécuritaire dans la péninsule coréenne et en Asie du Nord-Est et discuteront de l'état de la défense conjointe, a indiqué le Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS) de Séoul.

Ils examineront également les résultats d'un test de capacité opérationnelle initiale (IOC) pour le transfert du contrôle opérationnel en temps de guerre (OPCON) basé sur des conditions, effectué durant leur exercice combiné en août. Cet exercice avait pour but de vérifier si Séoul remplissait toutes les conditions nécessaires pour le transfert.

Les conditions à remplir comprennent la capacité de la Corée du Sud à diriger le mécanisme de défense combiné des alliés, son aptitude de réaction initiale aux menaces nucléaires et balistiques du Nord ainsi qu'un environnement de sécurité stable dans la péninsule et dans la région.

La MCM se déroule chaque année avant la réunion consultative sur la sécurité (SCM) entre les deux pays. L'édition 2019 de la SCM est prévue ce vendredi.

«Durant les discussions, Park envisage d'expliquer au nouveau chef américain du JCS les environnements sécuritaires actuels dans la péninsule coréenne et les questions en suspens ainsi que de demander un soutien aux politiques concernées de Séoul», a fait savoir le JCS.

La réunion intervient alors que la Corée du Nord a tiré des missiles sur fond d'impasse des négociations sur la dénucléarisation avec les Etats-Unis. Le régime nord-coréen a lancé des projectiles de courte portée, y compris des missiles balistiques, à 11 reprises au total cette année, et effectué un tir d'essai d'un nouveau missile mer-sol balistique stratégique (MSBS) le 2 octobre.

Le GSOMIA sera aussi sur la table des discussions. L'accord signé en 2016 entre Séoul et Tokyo arrive à échéance le 23 novembre étant donné que le gouvernement sud-coréen a décidé d'y mettre fin en réponse aux restrictions d'exportation du Japon sur fond de conflits autour du travail forcé exercé par le Japon en temps de guerre.

Milley a déclaré mardi à des journalistes au Japon que «cela constituera un point de discussion là-bas (en Corée du Sud). Nous voulons donc essayer de résoudre ce problème avant qu'il n'expire.»

Washington appelle Séoul à revoir sa décision puisque le pacte est considéré comme un mécanisme clé de la coopération trilatérale en matière de sécurité en Asie du Nord-Est et au-delà, dans un contexte de montée en puissance de la Chine et d'une Corée du Nord dotée d'armes nucléaires.

Le général Park Han-ki (à g.), chef d'état-major des armées sud-coréen, et son homologue américain le général Mark Milley exécutent le salut militaire au Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS) à Séoul, le jeudi 14 novembre 2019.

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page