Go to Contents Go to Navigation

Tenue aujourd'hui du Tech4Good Summit Korea-France dans le cadre de ComeUp 2019

Science/Tech 27.11.2019 à 10h14

SEOUL, 27 nov. (Yonhap) -- Coorganisé par la French Tech Seoul et la Chambre de commerce et d'industrie franco-coréenne (FKCCI), le Tech4Good Summit Korea-France se tient ce mercredi au Dongdaemun Design Plaza (DDP) pour offrir aux jeunes pousses des deux pays des opportunités d'échanges et les aider à attirer des investissements.

Cet événement entre dans le cadre de la K-Startup Week ComeUp 2019 qui se poursuivra jusqu'à vendredi. Organisé par le ministère des PME et des Start-up, ce grand rendez-vous des jeunes pousses a pris cette année une ampleur internationale avec la participation d'une vingtaine de pays, dont la France, les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la Finlande et la Suède, dans le but de faire connaître au monde l'écosystème des start-up de la Corée et aider les entreprises locales à trouver des partenaires étrangers et à faciliter leur entrée sur le marché mondial.

Le volet français d'aujourd'hui verra notamment la présence de la coprésidente de French Tech Seoul Kim Bo-sun, du président de la FKCCI David-Pierre Jalicon, de l'ambassadeur de France en Corée du Sud Philippe Lefort et du directeur de l'Institut coréen des start-up et du développement de l'entrepreneuriat (KISED) Kim Gwang-hyeon, ainsi que d'environ 200 acteurs de start-up des deux pays.

Parmi les intervenants, figure Alexandre Lebrun, cofondateur et PDG de Nabla qui accompagne des entreprises pour l'intégration de technologies d'intelligence artificielle. Il abordera les moyens de mettre l'intelligence artificielle au profit de l'innovation des services médicaux.

De même, Paul Duan, cofondateur et président de Bayes Impact parlera de l'utilisation du pouvoir des algorithmes comme un moyen de lutter contre le chômage, alors que Lee Soo-inn, cofondatrice et PDG d'Enuma, une société spécialisée dans la technologie éducative, présentera un logiciel innovant permettant d'aider tous les enfants à apprendre seuls.

Onze autres start-up sud-coréennes et françaises participeront également à cette rencontre qui proposera aussi des débats sur la mise en valeur de l'intelligence artificielle et des effets positifs des coopérations créatives et écosystèmes dynamiques.

Kim Bo-sun a fait part de son souhait de voir «se créer de nombreuses opportunités d'échanges, d'investissements et de coopérations pour les start-up, les grandes entreprises et les investisseurs participants pour former des partenariats favorables au développement mutuel».

«Les gouvernements sud-coréen et français ont des structures de développement stratégiques similaires en vue de créer un environnement numérique novateur», a-t-elle fait remarquer dans un communiqué de presse.

«J'espère pouvoir contribuer pour que d'excellentes entreprises et marques coréennes s'assurent une compétitivité mondiale pour aller au-delà des frontières nationales en partageant avec le gouvernement sud-coréen et son écosystème de start-up un savoir-faire acquis pendant ces 15 dernières années en tant que partenaire numérique en Asie de sociétés mondiales ainsi que la stratégie et les expériences de la French Tech qui est devenue aujourd'hui une plate-forme de coopération reliant les quatre coins du monde après son lancement dans le cadre de la politique du gouvernement français», a-t-elle ajouté.

Kim, également à la coprésidence d'Asiance Korea, agence de marketing numérique, souhaite jouer un rôle de pont entre la Corée du Sud et la France pour favoriser les échanges entre les jeunes pousses et entreprises des deux pays, notamment dans le domaine de l'économie numérique.

L'innovation technologique est aujourd'hui au centre de la coopération entre la Corée du Sud et la France. En mai dernier, une vingtaine de start-up sud-coréennes ont participé à Viva Technology 2019 à Paris.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page