Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Moon veut créer une synergie entre l'expérience de la Corée et la dynamique du Mékong

Actualités 27.11.2019 à 11h27
Le président Moon Jae-in prend la parole le 27 novembre 2019 lors du 1er sommet Corée du Sud-Mékong à la Nurimaru APEC House à Busan.
Le président Moon Jae-in prend la parole le 27 novembre 2019 lors du 1er sommet Corée du Sud-Mékong à la Nurimaru APEC House à Busan.
Le président Moon Jae-in (3e de la dr.) pose pour une séance photos avec les dirigeants des pays du Mékong avant d'entamer le 1er sommet Corée du Sud-Mékong à la Nurimaru APEC House à Busan, le 27 novembre 2019. De la g. vers la dr., le Premier ministre laotien Thongloun Sisoulith, la conseillère d'Etat de la Birmanie Aung San Suu Kyi, le Premier ministre vietnamien Nguyen Xuan Phuc, Moon et le vice-Premier ministre cambodgien Prak Sokhonn.

BUSAN, 27 nov. (Yonhap) -- La Corée du Sud a inauguré ce mercredi un sommet avec cinq pays du fleuve Mékong qui sont des «partenaires de développement clés».

Séoul est disposé à partager son expérience de «Miracle du fleuve Han», faisant référence à sa croissance économique rapide après la guerre de Corée (1950-1953), avec cinq pays situés le long du Mékong, à savoir le Cambodge, le Laos, la Birmanie, la Thaïlande et le Vietnam.

Si l'expérience de la Corée du Sud est combinée avec la «dynamique» de la région du Mékong, le «Miracle du fleuve Han» conduira au «Miracle du fleuve Mékong», a déclaré le président Moon Jae-in au début du sommet. L'édition inaugurale de ce rassemblement se déroule à la Nurimaru APEC House à Busan.

«La Corée du Sud sera aux côtés du Mékong avec la conviction que le développement du Mékong est celui de la Corée du Sud», a-t-il ajouté.

Le Premier ministre thaïlandais Prayut Chan-o-cha copréside la session à laquelle participent aussi le Premier ministre laotien Thongloun Sisoulith, la conseillère d'Etat de la Birmanie Aung San Suu Kyi, le Premier ministre vietnamien Nguyen Xuan Phuc et le vice-Premier ministre cambodgien Prak Sokhonn.

Le Premier ministre cambodgien Hun Sen a annulé son voyage à Busan cette semaine à cause de l'état de santé de sa belle-mère.

Malgré son absence, Moon l'a remercié d'avoir proposé de remplacer par le sommet Corée du Sud-Mékong une réunion ministérielle annuelle qui a débuté en 2011.

«Le Mékong est devenu une terre d'opportunités», a souligné Moon en ajoutant que la Corée du Sud est devenue un «ami spécial» du Mékong alors qu'elle noue des relations de coprospérité avec l'Asean pour se préparer à l'ère de l'Asie-Pacifique.

Le volume commercial entre la Corée du Sud et le Mékong a totalisé 84,5 milliards de dollars en 2018, soit une multiplication par 2,4 par rapport au montant enregistré il y a huit ans.

«Le Mékong est devenu un partenaire de développement clé» en englobant 20% de l'aide publique au développement (APD) de la Corée du Sud, a rappelé le chef de l'Etat.

Le sommet du Mékong fait suite au sommet commémoratif Asean-république de Corée qui s'est déroulé pendant deux jours au Centre des expositions et des conventions de Busan (BEXCO) pour célébrer le 30e anniversaire du lancement de leurs relations de dialogue. Moon a offert hier un banquet de bienvenue aux dirigeants des pays du Mékong.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page