Go to Contents Go to Navigation

La Corée du Nord affirme avoir testé avec succès un lance-roquettes multiple de très grande taille

Corée du Nord 29.11.2019 à 09h33
Kim Jong-un
Essai de lance-roquettes

SEOUL, 29 nov. (Yonhap) -- La Corée du Nord a déclaré ce vendredi avoir testé avec succès un système de lance-roquettes multiple de très grande taille sous la supervision du dirigeant Kim Jong-un qui a assisté au lancement de deux projectiles hier.

Ce jeudi, l'armée sud-coréenne a fait savoir que la Corée du Nord a tiré deux projectiles avec semble-t-il un lance-roquettes multiple de très grande taille depuis Yeonpo, dans l'est de la province du Hamgyong du Sud, en direction de la mer de l'Est.

L'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) a rapporté que l'Académie des sciences de défense nationale (ANDS) a effectué cet essai «afin d'examiner enfin l'application au combat» de ce lance-roquettes. Kim a exprimé sa «grande satisfaction» sur les résultats du test.

Les tirs d'essai ont «prouvé la supériorité militaire et technique du système d'armes et sa forte fiabilité», a rapporté le média.

Les commandants de l'armée nord-coréenne ont exprimé leur gratitude au dirigeant, «grâce à qui de nombreux armes et équipements de forte puissance ont pu être développés et perfectionnés cette année pour le renforcement militaire et technique de l'Armée populaire de Corée (APC)», a-t-il continué.

Les lancements de ce jeudi constituaient le 13e test d'armes majeures effectué par la Corée du Nord cette année et il s'agissait du quatrième essai de son lance-roquettes multiple de très grande taille, dont le diamètre serait de 600 millimètres. La Corée du Nord a déjà testé cette arme le 24 août, le 10 septembre et le 31 octobre.

Les derniers projectiles ont parcouru environ 380 km, atteignant une altitude maximale d'environ 97 km, et ont été tirés à 30 secondes d'intervalle, a dit le Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS).

Le JCS a exprimé ses «vifs regrets» concernant ces lancements, affirmant qu'ils ne contribueront pas à apaiser les tensions dans la péninsule coréenne.

La Corée du Nord a relancé ses tests d'armes en mai après 18 mois de silence. Lors d'essais précédents cette année, la Corée du Nord a lancé de nouveaux types de missiles à courte portée, notamment sa version de l'Iskander russe, ainsi qu'une version améliorée d'un missile mer-sol balistique stratégique (MSBS), le Pukguksong-3.

Provocant encore une hausse des tensions sur la péninsule coréenne, le pays communiste a procédé samedi dernier à des exercices de tir avec des canons côtiers sur son îlot frontalier de Changrin, en mer Jaune, sous la direction du dirigeant Kim Jong-un.

Ces séries d'actions militaires interviennent alors que les négociations nucléaires entre Pyongyang et Washington restent dans l'impasse depuis la rupture du sommet de Hanoï en février.

Les deux pays ont tenu des discussions de niveau opérationnel en octobre à Stockholm, en Suède, mais n'ont pas réussi à faire de progrès comme Pyongyang a critiqué Washington pour avoir échoué à venir avec une nouvelle proposition.

La Corée du Nord a augmenté sa pression sur les Etats-Unis, en disant qu'elle ne reviendra pas à la table des négociations avec Washington sauf si ce dernier arrête sa «politique hostile» à son égard.

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page