Go to Contents Go to Navigation

Un expert onusien des droits humains au Nord se rendra au Japon

Corée du Nord 29.11.2019 à 10h56
Tomas Ojea Quintana, rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des droits de l'Homme en Corée du Nord. (Photo d'archives Yonhap)

SEOUL, 29 nov. (Yonhap) -- Tomas Ojea Quintana, rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des droits de l'Homme en Corée du Nord, se rendra la semaine prochaine au Japon pour discuter des moyens d'améliorer la situation des droits humains dans le pays fermé, a fait savoir aujourd'hui le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Durant sa visite de trois jours, de lundi à mercredi, Quintana rencontrera des officiels du gouvernement, membres du Parlement et familles de victimes d'enlèvement en Corée du Nord, a ajouté le HCR.

La question des enlèvements constitue l'un des obstacles majeurs qui empêchent la normalisation diplomatique entre Pyongyang et Tokyo depuis plusieurs décennies.

Le Japon a dit avoir confirmé que 17 de ses ressortissants ont été enlevés par la Corée du Nord dans les années 70 et 80. Pyongyang a reconnu le kidnapping de 13 personnes dont cinq ont été rapatriées et huit sont mortes.

Quintana rencontrera aussi des Coréens au Japon qui avaient dû se déplacer au Nord dans le cadre d'un programme de réinstallation entre 1950 et 1984 avant de retourner au Japon.

«Il est très important pour moi de rencontrer des personnes concernées au Japon et de discuter de mesures à prendre pour améliorer la situation des droits de l'Homme en Corée du Nord, en particulier dans un contexte de discussions diplomatiques continues», a dit le rapporteur spécial dans un communiqué.

Quintana a pris ses fonctions en 2016 mais le régime nord-coréen ne l'autorise pas à venir sur son territoire malgré plusieurs demandes. Il s'agira de son deuxième voyage au Japon après le premier en novembre 2016.

La Corée du Nord s'est vu depuis longtemps coller une étiquette de l'un des pires pays au monde en matière de violation des droits de l'Homme. Le régime, qui ne tolère pas de dissidents, a mis en détention des centaines de milliers de personnes dans des camps de prisonniers politiques et garde un contrôle strict sur les informations en provenance de l'extérieur.

Quintana remettra son rapport sur ses résultats et recommandations au HCR en mars de l'année prochaine.

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page