Go to Contents Go to Navigation

(LEAD) Moon demande un soutien juridique pour la lutte contre les particules fines

Actualités 03.12.2019 à 17h13
Le président Moon Jae-in prend la parole lors d'une réunion du cabinet à Cheong Wa Dae, le mardi 3 décembre 2019.
Le président Moon Jae-in (3e à partir de la dr.) salue le gouverneur du Gyeonggi Lee Jae-myung avant une réunion du cabinet à Cheong Wa Dae, à Séoul, le mardi 3 décembre 2019.
Ban Ki-moon, chef du Conseil national sur le climat et la qualité de l'air, prend la parole au début d'un déjeuner avec le président Moon Jae-in à Cheong Wa Dae, à Séoul, le mardi 3 décembre 2019.

SEOUL, 03 déc. (Yonhap) -- Le président Moon Jae-in a appelé mardi l'Assemblée nationale à soutenir les efforts du gouvernement pour réduire les particules fines en Corée du Sud avec la législation.

A une réunion hebdomadaire du cabinet, il a souligné l'introduction d'un «système de gestion des particules fines saisonnières» notamment à Séoul et dans sa région métropolitaine.

Entrées en vigueur le 1er décembre et valables jusqu'en mars de l'année prochaine, les mesures préliminaires comprennent une restriction de circulation des véhicules à hautes émissions, principalement de vieilles voitures diesel, au centre de Séoul. Les véhicules avec des plaques d'immatriculation paires ou impaires ne peuvent que rouler tous les deux jours dans les organismes publics.

«C'est la première mesure spéciale qui va être appliquée pour diminuer les particules fines de haute densité», a déclaré Moon au début de la séance.

Le maire de Séoul Park Won-soon, le gouverneur du Gyeonggi Lee Jae-myung et le maire d'Incheon Park Nam-chun ont assisté à la réunion à Cheong Wa Dae. Le chef de l'Etat a mis l'accent sur l'importance du travail d'équipe au sein du gouvernement et des autorités locales lorsqu'il s'agit de traiter les problèmes liés aux particules fines qui envahissent la Corée du Sud notamment en hiver et au printemps.

Le maire de Séoul participe à des réunions du cabinet depuis longtemps mais c'est la première fois que le gouverneur du Gyeonggi et le maire d'Incheon ont assisté à une séance de ce type.

«Notre gouvernement a commencé à gérer les particules fines comme un agenda national en mettant (la question des) particules fines dans (la catégorie des) désastres sociaux», a dit Moon.

Il a promulgué une loi spéciale relative aux particules fines, établie par le Conseil national sur le climat et la qualité de l'air, et a augmenté fortement les budgets concernés, en renforçant la coopération environnementale avec la Chine, a-t-il ajouté.

Il a noté qu'un projet de loi visant à réviser la loi spéciale sur les particules fines était toujours en suspens à l'Assemblée nationale.

En vue d'une mise en œuvre stable de diverses mesures administratives du gouvernement, un soutien juridique est nécessaire, a indiqué Moon.

«Je m'attends à une révision rapide de la loi spéciale sur les particules fines», a-t-il ajouté.

Le président a aussi salué la nouvelle législation visant à changer le statut professionnel de tous les pompiers du pays à celui de fonctionnaires.

Cette loi a été promulguée mardi avant son entrée en vigueur en avril de l'année prochaine.

Selon des chiffres officiels, seulement 630 pompiers ou 1,2% des 52.245 à travers le pays appartenaient au gouvernement central en 2018 alors que les autres étaient employés par des organismes locaux supervisés par les autorités locales.

Moon a souligné que la transformation de leur statut professionnel se traduirait par une «grande amélioration» de leurs services et un renforcement du système de réponse aux désastres nationaux.

«Au début de son lancement, notre gouvernement a promu l'Agence nationale contre les incendies (NFA) comme une organisation indépendante. Pour faire un autre pas en avant, le gouvernement lui attribue désormais le rôle de tour de contrôle pour répondre aux grands désastres», a déclaré Moon.

Plus tard dans la journée, Moon a eu un déjeuner avec Ban Ki-moon, chef du Conseil national sur le climat et la qualité de l'air, et d'autres membres du panel établi fin avril.

Moon a indiqué que son administration acceptait activement les mesures proposées par le conseil, y compris sur le système de gestion des particules fines saisonnières.

La désignation d'une journée internationale de l'air pur, proposée par Moon lors de son discours à l'Assemblée générale de l'ONU en septembre dernier, était aussi basée sur une proposition du panel.

Le mois dernier, l'ONU a adopté officiellement une résolution visant à faire du 7 septembre la «Journée internationale du ciel bleu», à compter de l'année prochaine.

Les gens du monde entier réfléchiront davantage aux problèmes de la pollution atmosphérique et chercheront des solutions, a dit Moon, en définissant cela comme un fruit des efforts de Ban, l'ancien secrétaire général de l'ONU, et d'autres membres du conseil.

Moon a demandé des efforts continus du gouvernement pour un partenariat étroit avec la Chine et le Japon quant au traitement de la question des particules fines.

Il a pris connaissance des résultats d'une étude conjointe publiée le mois dernier et montrant que 32,1% des particules ultrafines viennent de la Chine et 2% du Japon.

«Maintenant que les pays voisins ont admis la responsabilité partagée pour les particules fines, au moins partiellement, une voie pour une réponse conjointe est devenue ouverte», a dit Moon. «Le gouvernement s'efforcera davantage de déployer des efforts communs avec les pays voisins alors que la mise en œuvre des tâches coopératives sera discutée par les ministres de l'Environnement des trois nations.»

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page