Go to Contents Go to Navigation

(LEAD) Le ministre chinois des Affaires étrangères appelle à des efforts conjoints pour la paix et la stabilité régionales

Actualités 04.12.2019 à 19h13

SEOUL, 04 déc. (Yonhap) -- Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a appelé ce mercredi la Corée du Sud à jouer avec la Chine un rôle «constructif» pour la paix et la stabilité régionales, les deux pays étant considérés comme des «voisins, amis et partenaires proches».

Wang a fait ces remarques lors d'une réunion avec la ministre des Affaires étrangères Kang Kyung-wha dans ce qui est son premier voyage à Séoul depuis la dégradation des liens bilatéraux en 2016 suite à l'installation en Corée du Sud du système américain de défense antimissile THAAD (Terminal High Altitude Area Defense).

«Les deux pays, la Chine et la Corée du Sud, sont des voisins proches, des amis et, surtout, des partenaires», a déclaré Wang par le biais d'un interprète.

«Face à la situation internationale actuelle, pleine d'incertitudes, et sur fond de changements jamais vus depuis 100 ans, les pays voisins devraient renforcer davantage leurs visites mutuelles, renforcer leur coopération, se comprendre et se soutenir mutuellement et travailler ensemble pour sauvegarder nos droits légitimes et jouer un rôle constructif pour la paix et la stabilité régionales», a-t-il déclaré.

Le ministre chinois a également critiqué l'«unilatéralisme» et les «actes hégémoniques» comme étant la plus grande menace pour la paix dans le monde, bien qu'il n'ait nommé aucun pays en particulier.

«Avec tous les pays responsables, y compris la Corée du Sud, la Chine défendra l'idéologie du multilatéralisme, les principes d'équité et de justice», a-t-il dit.

Kang a souligné qu'ils étaient d'accord sur la nécessité de renforcer la coopération bilatérale grâce à des échanges de haut niveau plus actifs et à une communication étroite.

«Grâce aux pourparlers d'aujourd'hui, j'espère que nous pourrons avoir des échanges de vues approfondis sur les moyens de renforcer la coopération pratique dans les domaines de l'économie, de l'environnement, de la culture et des échanges entre les peuples, et sur les moyens de coopérer en vue de la dénucléarisation de la péninsule et de l'instauration de la paix», a-t-elle dit.

L'agenda des discussions devrait inclure les préparatifs du sommet trilatéral envisagé entre le président Moon Jae-in, le Premier ministre chinois Li Keqiang et le Premier ministre japonais Shinzo Abe, ainsi que les efforts visant à dénucléariser la Corée du Nord. Les dirigeants devraient se rencontrer à Chengdu, en Chine, à la fin du mois.

Les ministres des Affaires étrangères pourraient également discuter de la possible visite du président Xi Jinping en Corée du Sud. Séoul cherche à organiser son voyage dans le pays, pour rendre la pareille à la visite de Moon à Pékin en décembre 2017. Le dirigeant chinois est venu à Séoul pour la dernière fois en juillet 2014.

Pour le dernier jour de sa visite, jeudi, Wang envisage d'effectuer une visite de courtoisie à Moon.

La réunion des ministres des Affaires étrangères se déroule alors que de la rivalité sino-américaine s'intensifie concernant le commerce, la sécurité maritime et la technologie, ce qui place la Corée du Sud dans une position géopolitique de plus en plus complexe.

Certains analystes considèrent la visite de Wang comme une preuve de l'amélioration des liens entre Séoul et Pékin après une période difficile due au déploiement du THAAD puis aux représailles économiques vraisemblablement liées de Pékin.

D'autres observateurs prévoient que Wang pourrait utiliser son voyage à Séoul pour mettre en garde la Corée du Sud contre toute initiative visant à renforcer l'influence régionale ou l'ancrage militaire des Etats-Unis par le biais de décisions telles que l'hébergement de missiles balistiques américains à portée intermédiaire.

Depuis le retrait du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), accord clé sur la maîtrise des armements avec la Russie datant de la période de la guerre froide, en août, les Etats-Unis ont exploré les possibilités de déploiement de missiles balistiques à longue portée en Asie de l'Est, apparemment pour renforcer la sécurité régionale. La Chine considère une telle démarche contraire à ses intérêts en matière de sécurité.

Washington a également incité ses alliés et les autres pays partenaires à cesser d'utiliser les produits Huawei pour des raisons de sécurité, une demande qui posait un nouveau défi géopolitique à Séoul.

Afin de renforcer les relations bilatérales tendues à cause de la question du THAAD, Séoul a déclaré en 2017 qu'il ne déploierait pas de systèmes THAAD supplémentaires, ne participerait pas à un programme mondial de défense antimissile dirigé par les Etats-Unis ni ne signerait un accord d'alliance militaire trilatéral avec les Etats-Unis et le Japon.

Cependant, les tensions entre Séoul et Pékin ne se sont pas encore entièrement apaisées.

Wang a effectué sa dernière visite à Séoul le 31 octobre 2015 pour accompagner le Premier ministre Li Keqiang à un sommet trilatéral avec les leaders sud-coréen et japonais de l'époque.

Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi s'entretient avec son homologue sud-coréenne, Kang Kyung-wha, au ministère des Affaires étrangères à Séoul le 4 décembre 2019.
La ministre sud-coréenne des Affaires étrangères Kang Kyung-wha serre la main de son homologue chinois, Wang Yi, avant leurs entretiens au ministère des Affaires étrangères à Séoul le 4 décembre 2019.

as26@yna.co.kr

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page