Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Une commission parlementaire adopte un texte de loi pour interdire les taxis Tada

National 06.12.2019 à 15h24

SEOUL, 06 déc. (Yonhap) -- Une commission de l'Assemblée nationale a adopté ce vendredi un texte de loi révisé visant à interdire le service controversé de taxi de Tada, un opérateur sud-coréen d'un service de mobilité en minivan de location.

La révision de la loi sur le transport, approuvée par la commission du transport du Parlement, limite l'utilisation de conducteurs extérieurs pour les vans loués de 11 à 15 places à des fins touristiques.

Si la loi est acceptée, elle contraindra Tada à cesser ses activités de taxi. L'entreprise a lancé en octobre 2018 un service d'appel de voitures en se basant sur une application à l'aide de minivans loués de 11 places conduits par des chauffeurs sous-traitants. Tada signifie «monter (en voiture)» en coréen.

Un groupe de chauffeurs de taxi mènent une manifestation devant la Cour centrale du district de Séoul, le 2 décembre 2019.

Les fournisseurs de services de taxi locaux accusent Tada d'offrir un service «illégal» et «sans licence».

A la fin d'octobre, les procureurs ont inculpé Lee Jae-woong, président de la plate-forme de covoiturage SoCar, pour violation de la législation interdisant les services de transport de passagers avec des véhicules loués. SoCar détient l'opérateur de Tada, Value Creators & Company (VCNC). Le président de VCNC, Park Jae-uk, a été aussi inculpé.

Un procès a débuté à Séoul plus tôt cette semaine.

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page