Go to Contents Go to Navigation

Ingérence électorale : les procureurs perquisitionnent le bureau d'un maire adjoint d'Ulsan

National 06.12.2019 à 15h46

SEOUL/ULSAN, 06 déc. (Yonhap) -- Les procureurs ont perquisitionné ce vendredi le domicile et le bureau d'un maire adjoint d'Ulsan dans le cadre de leur enquête élargie sur des allégations d'ingérence électorale impliquant des responsables du bureau présidentiel.

Environ cinq enquêteurs du Parquet central du district de Séoul ont été dépêchés dans la ville industrielle, à 414 kilomètres au sud-est de Séoul, pour effectuer une descente dans le bureau et la voiture du maire adjoint Song Byung-gi à la mairie d'Ulsan. Song n'était pas présent à son bureau.

Une équipe d'enquêteurs séparée a été envoyée au domicile de Song à Ulsan. Il n'a pas été confirmé si le maire adjoint chargé des affaires économiques de la ville se trouvait chez lui au moment du raid.

Des fonctionnaires et des policiers de la mairie d'Ulsan se tiennent devant le bureau du maire adjoint d'Ulsan, Song Byung-gi, alors que des enquêteurs du Parquet central du district de Séoul effectuent une perquisition le 6 décembre 2019.

La fouille intervient après que l'on a découvert que Song avait averti un responsable de Cheong Wa Dae au sujet d'allégations de corruption impliquant des confidents de l'ancien maire d'Ulsan, Kim Gi-hyeon.

Kim, qui cherchait alors à être réélu maire aux élections de juin 2018 en tant que candidat du principal parti d'opposition, le Parti Liberté Corée (PLC), s'est incliné face à l'actuel maire, Song Cheol-ho, du Parti démocrate au pouvoir, ami de longue date du président Moon Jae-in.

L'affaire a fait l'objet d'une enquête massive suite à la déclaration de Kim selon laquelle l'agence de police métropolitaine d'Ulsan avait délibérément perquisitionné son bureau quelques mois avant l'élection, avec le bureau présidentiel derrière cette initiative.

Song, qui est considéré comme un proche collaborateur du maire actuel, a été appelé à témoigner lors de l'enquête de la police d'Ulsan, alléguant que son avertissement avait peut-être été motivé par des considérations politiques.

Il a toutefois nié de telles allégations. Lors d'une conférence de presse jeudi, il a déclaré : «M'engageant sur ma conscience, il est complètement faux de dire que j'ai donné des informations sur les allégations de corruption visant l'ancien maire Kim en pensant à l'élection municipale».

Dans le même temps, les procureurs qui ont convoqué le responsable de Cheong Wa Dae, du nom de famille de Moon, ont enquêté jeudi pour savoir s'il avait demandé cette information et si elle avait été inventée. Ils cherchent également à savoir si d'autres fonctionnaires sont intervenus dans le processus.

Les procureurs devraient convoquer le maire adjoint après avoir examiné les documents et les dossiers collectés pendant le raid.

Song Byung-gi, maire adjoint d'Usan aux affaires économiques, parle des allégations d'ingérence électorale en cours lors d'une conférence de presse à la mairie d'Ulsan, le 5 décembre 2019.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page