Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Séoul suffoque sous un nuage de poussières fines pour la 2e journée consécutive

Actualités 11.12.2019 à 16h00

SEOUL, 11 déc. (Yonhap) -- La zone métropolitaine de Séoul est assombrie par de fortes concentrations de poussières fines pour la deuxième journée consécutive ce mercredi, obligeant les autorités locales à émettre une alerte aux poussières fines et à prendre des mesures d'urgence de réduction des émissions, comme un système obligatoire de conduite alternée pour les véhicules publics et une interdiction de circulation pour les vieilles voitures diesel.

Un afflux constant de smog en provenance de Chine dans l'air local stagnant a conduit à une hausse de la concentration de poussières ultrafines à des niveaux préoccupants dans presque toutes les régions de la Corée du Sud, à l'exception de l'île de Jeju, depuis le week-end dernier, selon le centre de prévision de la qualité de l'air rattaché au ministère de l'Environnement.

Du sable jaune chinois a été amené ici par des vents chauds d'ouest, consécutivement à des vagues de froid provoquées par la haute pression sibérienne.

Le quartier de Hannam, vu de l'arrondissement de Seocho, est recouvert d'un nuage de particules fines, le mercredi 11 décembre 2019, alors que des mesures d'urgence contre les polluants atmosphériques ont été appliquées pour le deuxième jour consécutif.

L'Administration météorologique de Corée (KMA) a cependant déclaré que les épais nuages de poussières fines commenceraient à disparaître mercredi soir, lorsque des vents froids du nord-ouest atteindront la péninsule. Elle prévoit également que les températures chuteront de plus de 10°C à l'échelle nationale jeudi en raison des vents froids du nord-ouest.

Selon le centre de prévision de la qualité de l'air, les PM2,5, ou particules de poussière fine de moins de 2,5 micromètres de diamètre, ont bondi à 118 microgrammes par mètre cube à Séoul, 106 microgrammes dans la province du Gyeonggi entourant la capitale et 90 microgrammes à Incheon à 10h mercredi. La concentration de PM2,5 a également atteint 85 microgrammes dans la ville de Daegu, dans le sud-est du territoire.

Les autorités météorologiques classent les concentrations situées entre 0 et 15 microgrammes de particules de PM2,5 par mètre cube comme «bonnes», entre 16 et 35 comme «normales», entre 36 et 75 comme «mauvaises» et supérieures à 76 comme «très mauvaises».

Les PM10, ou particules de poussières fines d'un diamètre inférieur à 10 micromètres, ont également grimpé à 170 microgrammes par mètre cube à Séoul, 155 dans le Gyeonggi et 144 à Incheon. Les niveaux de PM10 compris entre 81 microgrammes et 150 sont classés comme «mauvais».

Un avis sur les poussières ultrafines a été émis dans le Gyeonggi à 10h, car le chiffre des PM2,5 de la province est resté supérieur à 75 microgrammes par mètre cube pendant plus de deux heures.

La municipalité de Séoul a également émis une alerte aux poussières fines à 11h du matin, car le chiffre des PM10 de la ville est resté supérieure à 150 microgrammes pendant plus de deux heures. Un avis sur les poussières ultrafines publié à Séoul mardi après-midi est toujours en vigueur.

Les autorités concernées ont demandé aux citoyens souffrant de problèmes respiratoires ou cardiovasculaires, aux enfants et aux autres personnes vulnérables de s'abstenir de sortir, affirmant que les particules fines peuvent provoquer divers maux et affaiblir le système immunitaire. Ils ont également demandé aux citoyens de porter des masques lorsqu'ils sortent à l'extérieur ou se livrent à des activités de plein air.

Face à l'augmentation de la pollution par les poussières fines, la mairie de la capitale et la province du Chungcheong du Nord ont appliqué leurs mesures d'urgence de réduction des émissions pour la deuxième journée consécutive, tandis que les autorités de Busan, Daegu et d'autres provinces du centre et du sud du pays ont mis en œuvre leurs premières mesures de réduction des émissions cet hiver.

En vertu des mesures d'urgence, l'utilisation de véhicules à émissions de classe 5 est interdite de 6h à 21h.

Le ministère de l'Environnement a déjà classé 2,69 millions de véhicules, principalement des voitures diesel, sur les 23 millions immatriculés dans le pays comme des véhicules à émissions de grade 5.

Un autre système de jour sans conduite a également été mis en place dans les zones touchées pour les véhicules appartenant aux institutions publiques et aux fonctionnaires. Mercredi, seuls les véhicules publics avec des plaques d'immatriculation impaires sont autorisés sur les routes.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page