Go to Contents Go to Navigation

(LEAD) Des cadres de Samsung condamnés à la prison dans une affaire de démantèlement syndical

Actualités 17.12.2019 à 21h12

SEOUL, 17 déc. (Yonhap) -- Un tribunal de Séoul a infligé ce mardi des peines de prison à des dirigeants de Samsung et les a arrêtés pour avoir saboté les activités syndicales de l'unité de service à la clientèle du conglomérat.

Le tribunal du district central de Séoul a condamné Lee Sang-hoon, président du conseil d'administration de Samsung Electronics Co., à 18 mois de prison pour violation des lois syndicales alors qu'il était directeur financier.

Le tribunal a infligé une peine similaire au vice-président de Samsung Electronics, Kang Kyung-hoon, qui a été condamné à 16 mois de prison la semaine dernière pour avoir saboté des activités syndicales dans une autre unité de Samsung.

Lee et Kang ont tous deux été arrêtés.

Sur les 32 personnes accusées dans cette affaire, y compris des employés de Samsung, des fournisseurs et des professionnels de la gestion du personnel, 26 ont été condamnées.

Parmi ceux qui ont été accusés d'anti-syndicalisme, mais qui ont reçu une condamnation avec sursis, se trouvaient les dirigeants de grandes filiales de Samsung, dont Chung Keum-yong de Samsung C&T Corp. et Won Gee-chan de Samsung Card Co.

Les dirigeants de Samsung ont été reconnus coupables d'avoir élaboré des plans visant à dissuader les activités syndicales.

Les procureurs les avaient déjà accusés de diriger et de participer aux efforts déployés à l'échelle du groupe pour neutraliser le syndicat en ciblant ses membres et en divulguant des données personnelles sensibles.

Le jury a déclaré qu'il y avait «d'innombrables documents» détaillant les tactiques visant à entraver les activités syndicales qui ont été distribués à de nombreuses filiales, ajoutant que les documents eux-mêmes «reconnaissent le complot, l'exécution et la collusion dans ce crime».

Cette décision survient six ans après que Sim Sang-jeung, chef du Parti de la Justice, a dévoilé en 2013 un document de 150 pages sur la stratégie de gestion du personnel de Samsung.

C'est le deuxième coup dur porté récemment au conglomérat, qui prône une politique non syndicale.

La semaine dernière, un autre jury du tribunal du district central de Séoul a condamné Kang de Samsung Electronics à 16 mois pour avoir saboté les activités syndicales à Everland, un parc d'attractions géré par Samsung C&T.

Samsung a refusé de commenter l'une ou l'autre décision.

Des employés de Samsung Electronics Service, qui appartiennent à une confédération syndicale, se sont félicités de la décision. «La destruction complète et organisée des syndicats par Samsung a été officiellement confirmée par la cour. Comme l'accusation l'a déclaré lors de son réquisitoire en septembre 2018, "La vérité que tout le monde savait mais ne pouvait pas prouver" a émergé du procès», a déclaré le syndicaliste Yoon Jong-seon, lors d'une conférence de presse.

Les travailleurs syndiqués ont déclaré qu'ils continueraient à lutter pour que des décisions plus justes soient prises à l'avenir et répandre la culture syndicale chez Samsung.

(LEAD) Des cadres de Samsung condamnés à la prison dans une affaire de démantèlement syndical - 1
Lee Sang-hoon, président du conseil d'administration de Samsung Electronics Co, assiste à une audience au tribunal du district central de Séoul, dans le sud de Séoul, le 17 décembre 2019.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page