Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

L'ONU adopte une résolution sur les droits humains au Nord pour la 15e année consécutive

Actualités 19.12.2019 à 09h52

WASHINGTON, 18 déc. (Yonhap) -- L'Assemblée générale des Nations unies (ONU) a adopté mercredi une résolution appelant à la responsabilité des auteurs des violations des droits de l'Homme en Corée du Nord.

Il s'agit de la 15e année consécutive où l'Assemblée générale de l'ONU adopte un tel texte, décidé par consensus sans vote.

Une réunion de l'Assemblée générale de l'ONU se déroule à son siège à New York, le mercredi 18 décembre 2019. (Capture d'écran de la Web TV de l'ONU. Revente et archivage interdits)

L'Assemblée «condamne les violations systématiques, généralisées et flagrantes des droits de l'Homme commises depuis longtemps et encore aujourd'hui en République populaire démocratique de Corée (RPDC) et par la RPDC», y compris celles qui sont pratiquement des crimes contre l'humanité, selon le texte rédigé par les Etats membres de l'Union européenne (UE).

Elle «encourage» le Conseil de sécurité de l'ONU à «prendre une action appropriée pour établir les responsabilités» comme la possibilité de renvoyer la situation nord-coréenne devant la Cour pénale internationale (CPI) et d'imposer davantage de sanctions ciblant «ceux qui semblent les plus responsables des violations des droits humains», une référence apparente au dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

La résolution de cette année contient les mêmes termes que les années précédentes. Le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé à de telles mesures depuis 2014.

L'ambassadeur nord-coréen à l'ONU, Kim Song, a critiqué la résolution pour n'avoir rien à voir avec la véritable protection des droits de l'Homme.

Il a déclaré que les abus des droits humains allégués qui ont été décrits dans le dossier n'existaient pas et que la résolution avait été conçue pour ternir la dignité et l'image du pays ainsi que faire basculer la structure sociale du régime.

L'ambassadeur avait formulé des remarques similaires le mois dernier à la Troisième Commission de l'ONU quand le panel avait adopté un document similaire avant de l'envoyer à l'Assemblée générale.

La semaine dernière, plusieurs membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont demandé l'organisation de discussions sur les violations des droits humains par le régime, provoquant une forte opposition de la part de Pyongyang.

Les Etats-Unis, qui assurent la présidence du Conseil ce mois-ci, avait convoqué une session sur les missiles nord-coréens.

L'ambassadeur nord-coréen auprès de l'ONU, Kim Song, prend la parole à l'Assemblée générale au siège de l'organisme international à New York, le mercredi 18 décembre 2019.

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page