Go to Contents Go to Navigation

Un satellite d'observation de l'environnement en route vers la Guyane française pour son lancement

Science/Tech 05.01.2020 à 15h51
Chollian-2B. (Image fournie par le ministère de la Science et des TIC)
Le Chollian-2B avant son placement dans un conteneur.

SEOUL, 05 jan. (Yonhap) -- Un satellite géostationnaire d'observation de l'environnement de la Corée du Sud, dont la mission sera de suivre étroitement les déplacements de poussières fines, est en route vers la Guyane française à l'approche de son lancement, a fait savoir ce dimanche le ministère de la Science et des TIC.

Chollian-2B (3,4 tonnes), qui sera mis en orbite le 19 février, a été placé dans un conteneur maritime sans vibration spécialement conçu à Daejeon, à 164 km au sud de Séoul, où il a été construit par le Centre de recherche et d'information des satellites (KARI), selon le ministère.

Le satellite sera d'abord déplacé vers l'aéroport international d'Incheon, à l'ouest de Séoul, avant l'envoi vers le Centre spatial guyanais, en Amérique du Sud, à bord d'un avion cargo.

«A son arrivée à Kourou, des ingénieurs sud-coréens inspecteront minutieusement le satellite pour s'assurer que tous les systèmes sont en bon état de marche et n'ont pas été endommagés au cours du transport», a indiqué le ministère. Il sera ensuite placé sur la tête du lanceur Ariane 5.

Une fois qu'il aura atteint l'altitude désignée de 35.798 km de l'équateur de la Terre et été placé sur une orbite fixée à 128,2 degrés de longitude, il mènera ses premières opérations pendant plusieurs mois avant d'envoyer en temps réel des données sur les conditions océaniques en octobre.

Chollian-2B, dévoilé en décembre dernier, est le premier satellite géostationnaire au monde capable de suivre continuellement des particules fines et d'autres polluants atmosphériques.

Le KARI a noté qu'il possédait un spectromètre de surveillance de l'environnement géostationnaire (GEMS) capable d'observer et suivre les particules fines et d'autres polluants avec le système d'imagerie géostationnaire Ocean Color Imager-2 (GOCI-2), lui permettant de vérifier le développement algal et d'autres contaminants de l'eau.

«L'équipement à bord permettra à Séoul d'acquérir des informations importantes qu'il pourra partager avec d'autres pays, ce qui fera avancer davantage la coopération liée à l'espace», a noté le ministère.

Le gouvernement a alloué 386,7 milliards de wons (331,2 millions de dollars) au projet Chollian-2B qui avait débuté en 2011. Le ministère estime le cycle de vie du satellite à 10 ans.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page