Go to Contents Go to Navigation

Des médias nord-coréens rapportent l'élimination du général iranien par les Etats-Unis

Corée du Nord 06.01.2020 à 10h31
Manifestation antiaméricaine à Téhéran, en Iran, le 4 janvier 2020. (AP=Yonhap)

SEOUL, 06 jan. (Yonhap) -- L'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) a rapporté ce lundi la frappe aérienne des Etats-Unis qui a tué le général de division iranien Qassem Soleimani, chef de la force d'élite al-Qods, constituant la première réaction de Pyongyang sur l'incident sur fond d'impasse dans ses négociations nucléaires avec Washington.

Dans une dépêche intitulée «La Chine et la Russie condamnent l'attaque par missile des Etats-Unis, une violation de la Charte des Nations unies», la KCNA a déclaré que «les Etats-Unis ont lancé vendredi matin une attaque par missile contre un aéroport à Bagdad en Irak».

L'agence a également rapporté que les chefs de diplomatie chinois et russe «ont condamné l'attaque par missile des Etats-Unis» lors d'un entretien téléphonique samedi dernier.

«La Chine et la Russie ont souligné qu'elles s'opposaient non seulement à l'abus de la force militaire dans les relations internationales et ne pouvaient pas tolérer non plus les actes militaires aventureux», a-t-elle noté. «Ils ont exprimé des inquiétudes sur la forte dégradation de la situation régionale avec des actes illégaux des Etats-Unis.»

Hier, Meari, un site de propagande nord-coréen, a également publié un article intitulé «Des experts militaires prévoient que le Moyen-Orient deviendra la tombe des Etats-Unis».

«Des experts militaires mondiaux ont récemment analysé que les Etats-Unis s'enlisaient dans une guerre au Moyen-Orient», a déclaré le site. «Même les pays pro-américains répondent passivement à la demande des Etats-Unis d'envoyer des troupes sous prétexte de défis politiques et économiques intérieurs, poussant les Etats-Unis dans le désespoir.»

Le gouvernement nord-coréen n'a toutefois pas encore présenté sa position officielle sur la récente attaque. Des observateurs estiment que la Corée du Nord doit suivre étroitement l'éventuel impact de la récente situation au Moyen-Orient sur l'impasse de ses discussions avec les Etats-Unis.

Lors de la réunion du Comité central du Parti du travail qui a duré quatre jours à la fin de décembre, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a accusé les Etats-Unis de traîner les pieds dans les négociations de dénucléarisation et a menacé de montrer une «nouvelle arme stratégique» au monde dans un avenir proche. Il a ajouté qu'il n'y aurait jamais de dénucléarisation si les Etats-Unis ne renoncent à leur politique hostile vis-à-vis de son pays.

Les négociations de dénucléarisation sont au point mort depuis que le deuxième sommet entre Kim et le président américain Donald Trump s'est achevé sans accord en raison de grandes divergences de vue sur la manière de récompenser les mesures de dénucléarisation de Pyongyang.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page