Go to Contents Go to Navigation

Droits de l'Homme au Nord : Human Rights Watch appelle Séoul à réagir

Corée du Nord 15.01.2020 à 17h02
Le logo de Human Rights Watch, une organisation internationale de défense des droits de l'Homme basée aux Etats-Unis. (Capture d'écran du site officiel de Human Rights Watch. Revente et archivage interdits)

SEOUL, 15 jan. (Yonhap) -- Human Rights Watch, une organisation internationale de défense des droits de l'Homme, a exhorté le gouvernement sud-coréen à élever la voix contre la situation des droits humains en Corée du Nord, en disant que l'absence de pressions internationales favorise le totalitarisme dans la nation communiste.

Dans son rapport «World Report 2020» publié ce mardi, l'ONG basée aux Etats-Unis a indiqué que «la Corée du Nord reste l'un des pays les plus répressifs au monde» avec le dirigeant Kim Jong-un «utilisant la menace d'exécution, la punition arbitraire des crimes, la détention et le travail forcé afin de maintenir l'obéissance fondée sur la peur».

Malgré cette situation, la Corée du Sud et d'autres grands pays n'arrivent pas à aborder la question, a déploré le rapport.

«L'administration du président Moon Jae-in n'a pas encore dit clairement sa politique sur la question de droits de l'Homme en Corée du Nord dans le contexte de sa nouvelle diplomatie ouverte avec Pyongyang», a-t-il regretté.

En novembre dernier, un comité des Nations unies a adopté une résolution condamnant les violations des droits de l'Homme par le régime nord-coréen. Mais la Corée du Sud n'a pas participé à la proposition de résolution en citant «la situation politique actuelle sur la péninsule coréenne».

John Sifton, directeur Asie à Human Rights Watch, a dénoncé la politique de Séoul vis-à-vis de la Corée du Nord en la qualifiant de «défaillante» puisqu'elle est basée sur l'espoir que le passage sous silence des crimes de Pyongyang favorisera les échanges et le dialogue entre les deux Corées.

«Le régime nord-coréen n'améliorera jamais ses droits de l'Homme à moins que le monde entier ne le demande, et la Corée du Sud doit diriger la campagne pour que cela se produise», a-t-il dit.

Le Nord s'est dit indigné par ces critiques sur la situation des droits de l'Homme à l'intérieur de ses frontières en les décrivant comme une tentative dirigée par les Etats-Unis pour affaiblir le régime.

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page