Go to Contents Go to Navigation

(LEAD) Ministère de l'Unification : «La politique intercoréenne relève de notre souveraineté»

Actualités 17.01.2020 à 15h42
(Photomontage)
Porte-parole du ministère de l'Unification. (Photo d'archives Yonhap)
L'ambassadeur des Etats-Unis en Corée du Sud, Harry Harris, lors d'une interview avec l'agence de presse Yonhap le 19 novembre 2019.

SEOUL, 17 jan. (Yonhap) -- Le ministère de l'Unification a déclaré ce vendredi que c'était à la Corée du Sud de décider de sa politique concernant les affaires intercoréennes après que l'ambassadeur des Etats-Unis en Corée du Sud, Harry Harris, a appelé à une consultation étroite avec les Etats-Unis pour sa coopération avec la Corée du Nord.

Hier, le représentant américain a déclaré aux journalistes de médias étrangers que la Corée du Sud devait consulter Washington à propos de ses projets de coopération avec la Corée du Nord pour éviter tout «malentendu».

Ses propos sont intervenus alors que Séoul est en train d'examiner la possibilité d'autoriser les voyages individuels en Corée du Nord dans le cadre des efforts visant à accroître les échanges transfrontaliers.

«Notre politique concernant la Corée du Nord relève de notre souveraineté», a déclaré Lee Sang-min, porte-parole du ministère, lors d'un point de presse. «Les Etats-Unis ont affirmé clairement à plusieurs reprises à travers divers canaux qu'ils respectent la souveraineté de la Corée du Sud concernant sa politique nord-coréenne.»

En appelant à accroître les échanges intercoréens lors de la conférence de presse pour la nouvelle année mardi, Moon a cité les voyages individuels au Nord comme un éventuel moyen de le faire indépendamment des sanctions internationales contre Pyongyang.

Les Etats-Unis ont émis des réserves sur l'idée de Moon alors que le département d'Etat et le Conseil de sécurité nationale de la Maison-Blanche ont tous les deux souligné l'importance de mettre en œuvre les sanctions même s'ils n'ont pas affiché une opposition claire.

Interrogé pour savoir si Séoul pourrait envisager d'assouplir les sanctions qu'il a imposées contre le régime communiste en 2010 pour son attaque contre une corvette sud-coréenne afin d'autoriser les visites individuelles, le porte-parole a répondu que les gouvernements précédents avaient adopté une approche flexible quant à leur application, en cas de besoin, pour faciliter les échanges entre les deux Corées.

A propos de la demande répétée du Nord pour le retrait des installations construites par la Corée du Sud au mont Kumgang, sur sa côte est, il a dit que les agences gouvernementales concernées travaillaient ensemble pour élaborer des mesures «pratiques».

Jeudi, des sources gouvernementales ont fait savoir que la Corée du Nord a demandé à la Corée du Sud de retirer ses installations à la station d'ici la fin de février.

En octobre dernier, Pyongyang a demandé au Sud de venir et démolir ses installations pour mettre fin au programme touristique intercoréen suspendu depuis longtemps au mont Kumgang et construire à la place une destination touristique internationale.

Pyongyang a rejeté la proposition de Séoul pour une réunion destinée à discuter du sort de la station en insistant sur des discussions à travers des échanges de documents.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page