Go to Contents Go to Navigation

(LEAD) Pyongyang choisit un nouveau ministre des Affaires étrangères, annonçant un changement de politique

Actualités 19.01.2020 à 16h32

SEOUL, 19 jan. (Yonhap) -- La Corée du Nord semble avoir choisi Ri Son-gwon, un haut fonctionnaire qui a dirigé les relations intercoréennes, en tant que ministre des Affaires étrangères, annonçant peut-être un changement de sa politique à l'égard des Etats-Unis et de la Corée du Sud.

Le Nord a informé les ambassadeurs étrangers basés à Pyongyang de sa récente décision de nommer Ri en tant que chef de la diplomatie, ont indiqué ce dimanche des sources sud-coréennes bien informées.

Les sources ont indiqué que la notification avait été faite la semaine dernière et que sa nomination officielle pourrait être annoncée cette semaine.

Cette photo non datée montre Ri Son-gwon, le probale nouveau ministre nord-coréen des Affaires étrangères.

Ri Son-gwon, s'il est confirmé à la tête de la diplomatie, remplacera Ri Yong-ho, signalant probablement que l'Etat communiste pourrait remodeler sa politique à l'égard de Washington et de Séoul.

Ri, un ancien officier de l'armée, a été président du Comité pour la réunification pacifique du pays (CPRC), qui est similaire au ministère sud-coréen de l'Unification.

Le nouveau ministre des Affaires étrangères a été le porte-parole de la Corée du Nord pour les relations avec le Sud.

Il était le chef de la délégation nord-coréenne lors de récents pourparlers de haut niveau avec Séoul y compris ceux tenus en août 2018 qui ont conduit au sommet entre le président Moon Jae-in avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un à Pyongyang en septembre de la même année.

Outre sa carrière liée aux relations intercoréennes, on sait cependant peu de choses sur son expérience professionnelle dans le domaine des affaires étrangères.

Sa nomination apparente intervient alors que la Corée du Sud renouvelle son engagement à améliorer les relations intercoréennes dans un contexte de négociations bloquées entre les Etats-Unis et le Nord ainsi que des différends entre Séoul et Washington sur la manière d'aborder Pyongyang.

Le licenciement de Ri Yong-ho, un diplomate de carrière chevronné connaissant bien la diplomatie avec les Etats-Unis, en tant que ministre des Affaires étrangères, a lieu alors que le pays communiste a répété qu'il ne s'assoirai pas avec Washington pour des négociations de dénucléarisation.

Les pourparlers avec les Etats-Unis étant en plein marasme, le Nord a juré intérieurement et extérieurement une bataille «à long terme» sur le front avec les Etats-Unis.

Le changement de ministre des Affaires étrangères semble également être lié au retour récent de certains ambassadeurs nord-coréens dans leur pays d'origine.

L'ambassadeur nord-coréen en Chine Ji Jae-ryong et l'ambassadeur auprès des Nations unies Kim Song ont été vus partir pour Pyongyang samedi, suscitant des spéculations sur un éventuel rassemblement d'ambassadeurs basés à l'étranger dans la capitale nord-coréenne.

Le récent remplacement a clôturé la carrière de quatre ans de Ri Yong-ho en tant que ministre des Affaires étrangères. Ri a accompagné le leader nord-coréen Kim Jong-un lors des deuxième et troisième sommets Corée du Nord-Etats-Unis avec le président américain Donald Trump à Hanoi, au Vietnam, et la ville frontalière intercoréenne de Panmunjom en février et juin de l'année dernière, respectivement.

L'ancien ministre des Affaires étrangères ne s'est pas présenté à la séance photo du dernier jour de la réunion plénière du Comité central du parti au pouvoir nord-coréen le 31 décembre 2019, suscitant des questions sur son sort.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page