Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Chollian-2B aidera à forger un système mondial de surveillance de la pollution par satellite

Science/Tech 24.01.2020 à 10h00

SEOUL, 24 jan. (Yonhap) -- Le satellite sud-coréen Chollian-2B, qui sera mis en orbite le 19 février, préparera le terrain pour la mise en place d'un système mondial de surveillance de la pollution atmosphérique destiné à aider les pays à mieux relever les défis environnementaux, a déclaré ce vendredi l'Institut national de recherche environnementale (NIER).

Le premier satellite géostationnaire de surveillance de l'environnement a été dévoilé le mois dernier avec le ministère de l'Environnement comme l'un de ses principaux opérateurs. Il a pour but de rendre enfin possible l'élaboration d'un tableau complet des polluants de l'air dans l'hémisphère nord en coopération avec les Etats-Unis et l'Europe. La partie nord du globe est importante car la majeure partie de la pollution atmosphérique provient de cette région.

La Corée du Sud, les Etats-Unis et l'Europe font déjà partie du groupe de systèmes d'exploitation qui supervise l'échange d'images satellite.

Chollian-2B aidera à forger un système mondial de surveillance de la pollution par satellite - 1

«Chollian-2B de 3,4 tonnes, ainsi que les satellites géostationnaires TEMPO de la NASA et Sentinel-4, fabriqué en Europe, qui devraient être lancés au cours des prochaines années, permettront aux chercheurs de suivre les mouvements de polluants tels que les poussières fines, les sables jaunes et d'autres substances nocives au-dessus de vastes régions», a indiqué Lee Dong-won, directeur du Centre de satellites environnementaux du NIER. Il a souligné que dans le passé, les scientifiques devaient se contenter de modèles simulés qui présentaient des lacunes en termes de données réelles ininterrompues.

Lee a déclaré que la Corée du Sud fournirait des informations pour la région Asie-Pacifique, avec les Etats-Unis et l'Europe contribuant pour le Pacifique occidental, l'Amérique du Nord et l'Europe.

«La Corée du Sud peut offrir des données sur les particules de poussière qui affectent des endroits aussi éloignés qu'Hawaï, le satellite du pays étant en mesure de fournir des informations sur les activités volcaniques le long de la côte du Pacifique qui présentent un grand intérêt pour les pays et les industries éloignés», a-t-il précisé.

Lee a affirmé qu'une telle coopération, qui implique la confirmation scientifique des données, mènerait à une plus grande prise de conscience et faciliterait les discussions constructives avec les pays cités quant à l'émission de pollution, ce qui profitera à l'humanité dans son ensemble.

En plus de la coopération internationale, le ministère de l'Environnement et l'Institut coréen de recherche aérospatiale (KARI) qui contrôleront le satellite, ont déclaré qu'une fois Chollian-2B pleinement opérationnel en 2021, la Corée du Sud sera en mesure de voir plus précisément et en toute indépendance les développements environnementaux en cours en Asie orientale et dans les océans voisins, et partager ces données avec d'autres.

Le ministère de la Science, qui est en charge du lancement de Chollian-2B, a déclaré que le satellite était bien arrivé au Centre spatial guyanais, en Amérique du Sud, au début du mois, tous les systèmes étant vérifiés par un ingénieur.

«Jusqu'à présent, tout semble être en ordre et après les dernières inspections, le satellite sera placé sur la fusée Ariane 5 le mois prochain», a ajouté un responsable du gouvernement.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page