Go to Contents Go to Navigation

(LEAD) Coronavirus : Pyongyang va examiner les sources d'eau potable

Corée du Nord 06.02.2020 à 11h36

SEOUL, 06 fév. (Yonhap) -- La Corée du Nord se prépare à examiner les sources d'eau potable, telles que les rivières et les lacs, pour s'assurer que le nouveau coronavirus ne se propage dans le pays, a indiqué ce jeudi la Radio centrale nord-coréenne (KCBS).

Cette décision est la dernière d'une série de mesures que le Nord a prises pour lutter contre le virus à propagation rapide qui est apparu dans la ville de Wuhan, au centre de la Chine, à la fin de l'année dernière.

«Des plans de travail détaillés sont en cours d'élaboration pour analyser la qualité de l'eau des rivières, des ruisseaux et des lacs qui sont utilisés comme sources d'eau potable», a rapporté la radio.

La KCBS a ajouté que les unités gouvernementales concernées travaillaient sur des mesures, y compris pour définir où et comment l'analyse de la qualité de l'eau prévue sera menée.

Cette décision semble viser à empêcher toute possibilité de propagation du coronavirus dans le pays via l'eau contaminée en provenance de Chine.

La Corée du Nord n'a pour le moment confirmé aucun cas d'infection, bien qu'elle ait fait savoir que des personnes avaient été placées en quarantaine après avoir montré des symptômes suspects. Le Nord a appelé à des efforts nationaux pour protéger le pays contre le virus mortel qui cause une maladie semblable à la pneumonie.

Le journal du cabinet du Nord, Minju Choson, a déclaré ce jeudi dans un éditorial qu'il n'y avait eu aucune infection confirmée, mais a averti que des «conséquences irréversibles» pourraient survenir si le pays baissait la garde contre le virus.

Le quotidien a également appelé à «aligner» l'isolement des patients suspects sur les directives établies par le centre de contrôle des maladies d'urgence du pays.

Le royaume ermite a intensifié ses mesures de prévention contre le nouveau coronavirus. Il a resserré ses frontières avec la Chine et augmenté le délai de quarantaine pour ceux qui viennent du pays voisin.

La semaine dernière, Pyongyang a annoncé le lancement d'un système national d'urgence contre le nouveau virus, qualifiant ces efforts préventifs de «question politique» qui pourrait déterminer le sort du pays.

Réputée fragile, l'infrastructure médicale nord-coréenne serait insuffisante pour lutter contre une telle épidémie, qui, selon les experts, semble contraindre Pyongyang à se démener pour garder le coronavirus à distance de peur qu'une fois entré dans le pays, il ne devienne incontrôlable.

Un fonctionnaire désinfecte un train le 2 janvier 2020, l'une des nombreuses mesures de désinfection en cours à travers le pays, sur cette capture d'écran de la Télévision centrale nord-coréenne (KCTV). (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page