Go to Contents Go to Navigation

(FOCUS) La Corée du Sud redouble d'efforts pour contenir la propagation du nouveau coronavirus

Actualités 07.02.2020 à 19h39

SEOUL, 07 fév. (Yonhap) -- La Corée du Sud, alarmée par le rythme des nouvelles infections au coronavirus, redouble d'efforts pour contenir la propagation du nouveau coronavirus.

Depuis le premier cas confirmé de cette maladie potentiellement mortelle, le 20 janvier, 24 cas d'infection ont été signalés dans le pays.

Le nombre de nouveaux cas s'accélère et nombre d'entre eux sont présumés être des transmissions locales malgré les mesures de quarantaine renforcées, telles que l'interdiction d'entrée des étrangers en provenance de la ville chinoise de Wuhan, l'épicentre de l'épidémie.

Quatre cas ont été signalés dans la seule journée de jeudi, selon les Centres coréens pour le contrôle et la prévention des maladies (KCDC). Parmi les cas confirmés, onze patients sont revenus de Chine ou ont visité le pays et huit patients qui ne sont pas allés en Chine auraient été infectés localement.

Dans ce contexte, les autorités sanitaires ont averti que le virus pouvait se propager davantage dans le pays, car un grand nombre de personnes ont été en contact, à leur insu, avec des personnes infectées, puis ont circulé librement pendant des jours et des semaines.

Selon les KCDC, une femme sud-coréenne chez qui le virus a été diagnostiqué après avoir voyagé en Thaïlande est présumée avoir infecté les deux membres de sa famille. Avant d'être diagnostiquée, la femme a circulé librement à Gwangju, à 330 km au sud de Séoul.

Un autre cas présumé de transmission local est celui du 4e patient du pays, qui est revenu de Wuhan mais qui ne présentait aucun symptôme à son arrivée.

L'homme s'est rendu à deux reprises dans une clinique de Pyeongtaek, à 70 km au sud de Séoul, après avoir commencé à se sentir malade, mais ce n'est que lors de sa deuxième visite qu'il a été inscrit sur la liste de surveillance, et qu'il a finalement été diagnostiqué comme porteur du virus.

Il a été découvert par la suite qu'il a été en contact avec 95 personnes, dont 34 sont toujours en quarantaine, selon les KCDC.

Le troisième cas du pays, un Sud-Coréen de 54 ans qui est revenu de Chine et qui ne présentait pas non plus de symptômes, a circulé librement pendant des jours et aurait transmis le virus à une personne dans un restaurant du sud de Séoul, cette personne ayant à son tour infecté les membres de sa famille.

«La difficulté est que cette nouvelle souche du coronavirus semble être transmissible même lorsque l'hôte ne se sent pas vraiment malade, ce qui rend plus probable qu'il ou elle le transmette involontairement à d'autres personnes et entraîne une transmission communautaire généralisée», a déclaré Jung Eun-kyeong, directeur des KCDC.

Le vice-ministre de la santé, Kim Gang-lip, a déclaré en début de semaine que la probabilité que le coronavirus se propage dans le pays ne cesse d'augmenter.

Pour mieux lutter contre cette nouvelle épidémie de coronavirus, la Corée du Sud a placé en auto-quarantaine les personnes qui ont été en contact avec des patients infectés.

Le pays prévoit également d'étendre ses règles concernant les personnes pouvant être testées pour le nouveau coronavirus.

À partir de vendredi, toute personne ayant visité une région de Chine et présentant des symptômes, tels qu'une température élevée ou des problèmes respiratoires pourra également être classée comme «cas suspect» et faire l'objet d'un contrôle médical, selon les KCDC. Auparavant, la Corée du Sud ne contrôlait que les personnes qui se sentaient malades 14 jours après leur retour de Hubei.

Les personnes qui souffrent d'une pneumonie de cause inconnue peuvent également être examinées pour détecter le virus.

En outre, les médecins peuvent ordonner que des tests soient effectués à leur discrétion sur une personne qui s'est récemment rendue en Asie du Sud-Est, ont déclaré les KCDC.

Le pays a également limité les arrivées de l'étranger. Depuis mardi, le pays a mis en place des interdictions d'entrée aux étrangers qui ont visité Wuhan et ses environs dans l'espoir d'endiguer la propagation du virus dans le pays.

De plus, des procédures de quarantaine plus strictes ont été mises en place pour chaque arrivant en provenance de Chine et d'autres pays. Les compagnies aériennes locales ont également réduit leurs vols vers la Chine et d'autres pays, comme Hong Kong.

Côté bonnes nouvelles, deux patients qui se sont complètement rétablis sont sortis de l'hôpital et d'autres patients infectés devraient être libérés prochainement.

Le taux de mortalité officiel du nouveau coronavirus est d'un peu plus de 2%, ce qui est bien inférieur aux 10% de l'épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) de 2002-2003 en Chine. Le syndrome respiratoire du Moyen-Orient, qui a touché la Corée du Sud en 2015, avait un taux de mortalité de 35%.

Les KCDC ont déclaré qu'un total de 1.386 personnes auraient été en contact avec des patients infectés, dont 1.083 sont en auto-quarantaine.

Depuis le 3 janvier, le pays a testé à la date de vendredi dernier 1.130 personnes, dont 842 se sont révélées négatives. Au total, 264 personnes soupçonnées d'être porteuses du virus sont en isolement.

Des travailleurs du Centre médical de Séoul se dirigent vers le centre de dépistage du coronavirus de l'hôpital le 6 février 2020.
Des employées de la ville de Gwangju collent une affiche indiquant une fermeture temporaire d'une garderie le 6 février 2020. (Photo fournie par le ville de Gwangju. Archivage et revente interdits)

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page