Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Séoul réitère son appel pour le retrait des restrictions commerciales japonaises

International 12.02.2020 à 15h43
Ministre des Affaires étrangères

SEOUL, 12 fév. (Yonhap) -- Un officiel du ministère des Affaires étrangères a appelé une nouvelle fois le Japon à retirer ses restrictions à l'exportation en laissant entendre que le gouvernement pourrait renverser sa décision temporaire prise l'année dernière de reporter l'expiration de l'accord bilatéral de partage de renseignements militaires.

En novembre dernier, Séoul a suspendu conditionnellement la résiliation de l'Accord de sécurité générale d'informations militaires (GSOMIA) à cause de l'opposition de Washington qui considère l'accord comme un mécanisme crucial pour promouvoir sa coopération trilatérale avec les deux pays alliés d'Asie dans le domaine de la sécurité.

Le gouvernement sud-coréen avait averti qu'il mettrait fin au GSOMIA en réponse aux restrictions commerciales de Tokyo qui étaient perçues comme des représailles politiques pour les verdicts rendus par la Cour suprême en 2018 et ordonnant à des entreprises japonaises d'indemniser des victimes du travail forcé en temps de guerre.

«Nous exhortons à nouveau le gouvernement japonais à retirer les restrictions à l'exportation à notre encontre le plus tôt possible», a déclaré l'officiel sous couvert d'anonymat.

«Nous voudrions rappeler le Japon de la nature temporaire de la mesure prise par le gouvernement sud-coréen», a ajouté l'officiel.

Alors que les discussions entre les deux pays sur les mesures de contrôle des exportations du Japon ont peu avancé, Séoul intensifie son appel en direction de Tokyo pour une annulation rapide des mesures dont le retrait de la Corée du Sud de la liste des partenaires commerciaux privilégiés.

Lors d'une conférence de presse donnée la semaine dernière, la ministre des Affaires étrangères Kang Kyung-wha a également réaffirmé que la Corée du Sud «a toujours le droit» de rétablir sa décision de mettre un terme à l'accord bilatéral de partage d'informations militaires.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page