Go to Contents Go to Navigation

Uriminzokkiri critique le Parti Liberté Corée pour avoir recruté un transfuge

Corée du Nord 13.02.2020 à 10h59

SEOUL, 13 fév. (Yonhap) -- Le site Web nord-coréen Uriminzokkiri a fustigé ce jeudi la principale formation d'opposition sud-coréenne, le Parti Liberté Corée (PLC), pour avoir recruté un transfuge nord-coréen avant les élections générales d'avril prochain.

Le mois dernier, le PLC a annoncé sa décision de recruter Ji Seong-ho parmi les nouveaux visages qui se présenteront aux élections législatives du 15 avril. Ji est connu pour son apparition surprise lors de l'allocution sur l'état de l'Union du président américain Donald Trump en 2018.

Alors que Trump présentait Ji dans son discours, ce dernier s'est levé triomphalement avec des béquilles, provoquant une standing ovation dans l'assistance. Il aurait perdu une jambe dans un accident de train en 1996 après s'être évanoui sur un chemin de fer à cause de la famine alors qu'il tentait de voler du charbon. Il a fait défection au Sud en 2006.

L'organe de propagande nord-coréen a dénoncé ce recrutement, en décrivant Ji comme une «personne honteuse» qui essaie de tromper et de tirer profit en salissant sa patrie.

«(Il) s'emballe en dupant avec ses sales actions du passé pour extraire autant d'argent que possible, [...] tout en menant une campagne de diffamation antirépublicaine», a argué le site Internet. «Ji Seong-ho, un fugitif qui a traversé la frontière vers le Sud, est une personne cruelle, vicieuse et honteuse.»

Le site a déclaré que Ji était une personne avide qui n'hésitera jamais à abandonner sa propre femme pour de l'argent, ajoutant que ses amis et voisins ont témoigné de sa personnalité cruelle et violente.

Il n'est pas rare que les médias nord-coréens lancent de vives critiques contre les transfuges nord-coréens, les blâmant pour des crimes, bien que leurs revendications soient difficiles à prouver.

Ji, actuellement militant des droits de l'Homme, est l'un des deux transfuges nord-coréens de premier plan que le PLC a recrutés avant les élections d'avril. Plus tôt cette semaine, Thae Yong-ho, ancien haut diplomate nord-coréen, a annoncé sa candidature aux élections à venir en tant que membre du parti d'opposition.

Les médias nord-coréens sont restés muets face à cette annonce.

Ji Seong-ho, militant des droits de l'Homme qui a fui la Corée du Nord, prend la parole le samedi 3 février 2018 après avoir rencontré le président américain Donald Trump à la Maison-Blanche.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page