Go to Contents Go to Navigation

Coronavirus : inquiétudes après l'infection d'un pasteur à Séoul

Actualités 26.02.2020 à 18h53

SEOUL, 26 fév. (Yonhap) -- Séoul a été relativement épargné par l'épidémie de nouveau coronavirus (Covid-19) par rapport à la ville de Daegu, dans le sud-est du pays, mais on craint que les infections ne s'y aggravent également après l'infection d'un pasteur au Covid-19.

La Corée du Sud a signalé ce mercredi 284 nouveaux cas, la plus forte augmentation quotidienne, ce qui porte le total à 1.261, selon les Centres coréens de contrôle et de prévention des maladies (KCDC). Sur ce total, 49 se trouvent à Séoul, selon les KCDC.

Environ 80% des cas confirmés sont actuellement liés à deux foyers d'infections : l'un dans une branche d'une secte religieuse à Daegu, à 300 km au sud-est de la capitale, et l'autre dans un hôpital du comté voisin de Cheongdo.

Séoul a fait état de cas sporadiques dans toute la capitale, sans qu'aucun foyer important de virus n'ait été signalé. Mais après qu'un pasteur de l'église Myungsung, l'une des méga-églises de la ville, qui compte 80.000 fidèles, a été infecté, les craintes que les choses puissent changer se font réelles.

On suppose que le pasteur a contracté le virus lors d'une visite à l'hôpital de Cheongdo le 14 février, où de nombreux cas d'infection ont été signalés. La semaine suivante, il a pris part à plusieurs événements religieux, dont un service le 15 février auquel ont assisté environ 2.000 personnes.

L'église a fermé toutes ses installations et suspendu ses services dominicaux pour le moment. Le spectre d'une infection massive parmi la congrégation dans l'une des plus grandes églises presbytériennes du pays s'intensifie toutefois.

Le quartier de Gangdong, où se trouve l'église, prévoit de mettre en place une unité de contrôle à l'église et de retrouver environ 348 personnes connues pour avoir été en contact direct avec des patients.

Désinfection devant l'église Myungsung, l'une des plus grandes églises du pays, dans l'est de Séoul, le 26 février 2020.
Un agent de sécurité vérifie la température d'un visiteur à l'hôpital Eunpyeong Sainte Marie de l'université catholique de Corée, dans le nord-ouest de Séoul, le 26 février 2020.

«Nous sommes en pourparlers avec le gouvernement local de Daegu pour savoir comment ils ont réagi à l'épidémie de masse qui a frappé l'église de Shincheonji... Nous nous efforcerons de faire en sorte que la situation qui s'est produite à Daegu ne se répète pas», a déclaré un responsable de la ville de Séoul.

Les inquiétudes augmentent également à l'hôpital de l'université catholique de Corée Eunpyeong Sainte Marie au nord-ouest de Séoul, où sept personnes, dont un employé de l'hôpital, des patients et un gardien, ont été touchées, selon les données de la ville.

Mercredi, la ville a annoncé des mesures supplémentaires pour empêcher le virus de se propager davantage, notamment en étendant les zones du centre-ville où elle a interdit les rassemblements «au nom de la santé et de la sécurité publiques».

Auparavant, Séoul avait interdit les rassemblements sur trois places publiques, Cheonggye Plaza, Gwanghwamun Plaza et Seoul Plaza, où des groupes conservateurs ont organisé des rassemblements pour protester contre le gouvernement.

En vertu des mesures renforcées qui sont entrées en vigueur mercredi, la zone interdite aux rassemblements s'étend à la place située devant la gare de Séoul ainsi qu'à l'intersection à trois voies près du bureau présidentiel et de certaines parties de Gwanghwamun et Jongno.

La police de Séoul a averti que tous les manifestants seront confrontés à des mesures sévères s'ils poursuivent les rassemblements ce week-end.

Plus tôt dans la journée, le vice-ministre de la Santé, Kim Gang-lip, a déclaré que le gouvernement avait obtenu une liste de 212.000 adeptes de la secte Shincheonji et qu'il la communiquerait bientôt aux autorités locales.

La ville estime qu'il y a 50.000 adeptes de Shincheonji dans la capitale.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page