Go to Contents Go to Navigation

La Chine et 11 autres pays restreignent les entrées de voyageurs en provenance de Corée du Sud

National 27.02.2020 à 16h55
(Photomontage)

SEOUL, 27 fév. (Yonhap) -- Onze nouveaux pays et plusieurs régions chinoises ont imposé des restrictions d'entrée aux voyageurs en provenance de Corée du Sud par rapport à hier et les Etats-Unis ont quant à eux relevé leur alerte voyages pour son allié asiatique alors que l'épidémie de nouveau coronavirus (Covid-19) ne montre pas de signe de ralentissement dans le pays.

L'avis de voyage du département d'Etat américain a été élevé d'un cran au niveau 3, le deuxième plus élevé sur une échelle qui en compte quatre. Le niveau 4 conseille aux Américains de ne pas voyager dans le pays désigné. Les Etats-Unis n'ont toutefois pas mis en place de restrictions d'entrée aux voyageurs arrivant de Corée du Sud.

Cinq provinces en Chine ont renforcé leurs mesures de quarantaine pour les voyageurs étrangers arrivant par voie aérienne. Si certaines restrictions s'appliquent à tous les passagers, d'autres visent seulement ceux qui viennent de Corée du Sud et du Japon, selon le site Internet du ministère des Affaires étrangères.

La Mongolie, les Fidji, les Philippines et les Seychelles ont imposé une interdiction d'entrée aux ressortissants sud-coréens et aux voyageurs qui se sont rendus dans le pays asiatique au cours des deux dernières semaines. Sept autres pays, dont l'Inde, la Polynésie française, la Biélorussie, le Maroc et le Paraguay, ont renforcé leurs procédures de quarantaine.

Cela porte le nombre total de pays étrangers qui ont mis en place de telles restrictions pour la Corée du Sud à 42 ce jeudi, en hausse par rapport aux 30 d'hier.

La Corée du Sud a vu une forte augmentation du nombre de cas confirmés d'infection au Covid-19 ces dernières semaines. Ce matin, les Centres coréens pour le contrôle et la prévention des maladies (KCDC) ont rapporté 334 nouveaux cas, portant le total à 1.595 cas dont 13 décès.

Séoul a intensifié ses efforts diplomatiques pour persuader d'autres pays de s'abstenir de restreindre les entrées de Sud-Coréens sur leur territoire.

La ministre des Affaires étrangères Kang Kyung-wha s'est entretenue par téléphone avec son homologue chinois Wang Yi et a exprimé des inquiétudes sur les restrictions imposées par certains gouvernements provinciaux chinois.

«Nous savons que notre peuple est très inquiet. Nous continuons à protester avec force auprès des gouvernements qui ont pris des mesures sans préavis et nos missions diplomatiques discutent activement avec d'autres pays de sorte à ne pas entraîner de situation susceptible de déconcerter nos concitoyens», a déclaré aux journalistes Kang à l'aéroport international d'Incheon à son retour d'un voyage en Europe.

«Même si les cas d'infection confirmés sont en hausse, l'évaluation par la communauté internationale et l'OMS est qu'elles font confiance en nos capacités», a-t-elle ajouté.

Les mesures chinoises ont suscité l'ire des Sud-Coréens comme elles sont intervenues malgré le rejet par le gouvernement sud-coréen d'appels publics pour une interdiction d'entrée des touristes chinois.

L'ambassadeur de Chine à Séoul, Xing Haiming, a déclaré hier que les mesures de quarantaine des autorités provinciales ne visaient pas uniquement les Sud-Coréens et que les deux parties travaillaient étroitement ensemble pour maîtriser le virus.

Le ministère des Affaires étrangères est également sur la sellette pour sa réticence à inclure la Chine dans la liste des pays ayant durci les restrictions d'entrée contre les Sud-Coréens. Des officiels du ministère ont dit qu'il fallait du temps pour vérifier les restrictions.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page