Go to Contents Go to Navigation

Hausse rapide de la demande étrangère pour les kits de dépistage sud-coréens

Actualités 18.03.2020 à 18h21

SEOUL, 18 mars (Yonhap) -- Un nombre croissant de pays étrangers font part de leur intérêt pour importer des kits de dépistage du nouveau coronavirus (Covid-19) fabriqués en Corée du Sud et d'autres formes d'aide pour aider à freiner la pandémie, a déclaré ce mercredi un responsable du ministère des Affaires étrangères.

Les efforts de confinement de Séoul ont entraîné un ralentissement du nombre de nouveaux cas de Covid-19 et un faible taux de mortalité, ce qui a été remarqué à l'étranger.

«Nous avons été submergés de demandes pour nos produits ou kits de diagnostic et notre savoir-faire de la part de fonctionnaires ministériels de pays étrangers, et même d'un fonctionnaire de haut niveau, comme un Premier ministre», a déclaré le responsable à la presse, sous couvert d'anonymat.

Certains pays ont demandé que des produits médicaux soient exportés en urgence, tandis que d'autres ont demandé que ces articles soient fournis dans le cadre d'une aide humanitaire ou par des professionnels de la santé coréens, a déclaré la source.

Un jour plus tôt, le bureau présidentiel Cheong Wa Dae a annoncé que la Corée du Sud avait envoyé 51.000 kits de prélèvement utilisés dans les tests de coronavirus aux Emirats arabes unis.

Les demandes étrangères ont été formulées principalement par le biais de conversations téléphoniques ou de vidéoconférences entre diplomates de haut niveau ou responsables de la santé, a déclaré le responsable, qui a noté que les restrictions sur les réunions en personne ont donné naissance à une nouvelle forme de diplomatie.

«Une nouvelle forme de diplomatie s'est mise en place», a déclaré la source. «Même lorsque l'épidémie se sera calmée, ce type de diplomatie à distance pourrait se poursuivre».

Par ailleurs, un nombre croissant de Sud-Coréens sont bloqués à l'étranger, du fait des mesures de quarantaine drastiques adoptées par de nombreux pays.

Mardi, quelque 150 touristes sud-coréens étaient bloqués au Pérou, dont 84 à Cuzco, à environ 1.000 kilomètres de la capitale péruvienne, Lima. Parmi eux, 140 ont dit vouloir rentrer chez eux.

«Nous explorons les moyens de rapatrier les citoyens en Corée du Sud, ainsi que le transport de ceux de Cuzco vers Lima», a déclaré le responsable.

«En fonction de la situation, nous examinerons la nécessité d'envoyer un vol au Pérou. Nous sommes également en train de voir si nous pouvons obtenir le soutien de pays proches du Pérou, qui pourraient envoyer leurs vols dans le pays», a-t-il ajouté.

Le gouvernement philippin ayant placé l'ensemble de l'île de Luçon sous une «quarantaine communautaire renforcée», semblable à un verrouillage, la sécurité de plus de 50.000 Sud-Coréens sur l'île suscite également des inquiétudes. Parmi eux, 1.200 ont dit vouloir revenir en Corée du Sud.

«Nous pensons que nous n'en sommes pas encore au stade où nous devons envisager d'y envoyer un vol affrété», a déclaré le fonctionnaire. «Mais nous réfléchissons à des moyens de les aider à rentrer chez eux, notamment par le biais d'un vol commercial», a-t-il ajouté.

En Italie, la communauté locale des résidents sud-coréens a cherché à organiser un vol par ses propres moyens, car un transporteur aérien peut y envoyer un vol à condition qu'un nombre minimum de passagers soit assuré.

Hausse rapide de la demande étrangère pour les kits de dépistage sud-coréens - 1

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page