Go to Contents Go to Navigation

(4e LD) La Corée du Nord tire 2 missiles de courte portée vers la mer de l'Est

Corée du Nord 29.03.2020 à 14h22

SEOUL, 29 mars (Yonhap) -- La Corée du Nord a tiré ce dimanche matin en direction de la mer de l'Est deux missiles balistiques de courte portée présumés, a déclaré le Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS) de la Corée du Sud, et ce malgré que le pays soit en alerte élevée face à la menace du nouveau coronavirus (Covid-19).

Les lancements ont été réalisés à 6h10, à près de 20 secondes d'intervalle, depuis la ville de Wonsan, sur la côte est, dans la province du Kangwon, et ont été orientés vers le nord-est, a indiqué le JCS, qui a précisé que les projectiles ont parcouru la distance approximative de 230 km et atteint une attitude maximale d'environ 30 km. Une analyse plus approfondie des autorités du renseignement de la Corée du Sud et des Etats-Unis est en cours.

«Dans une situation où le monde entier connaît des difficultés à cause du Covid-19, ce type d'action militaire de la Corée du Nord est très inapproprié et nous demandons un arrêt immédiat», a ajouté le JCS.

L'armée surveille de très près la situation tout en se maintenant prête, a-t-il assuré.

Depuis le début de l'année, la Corée du Nord a effectué plusieurs tests d'armes et exercices de tirs d'artillerie. En excluant les petites manœuvres d'artillerie, la série d'aujourd'hui serait la quatrième de taille importante réalisée par l'armée nord-coréenne cette année.

La précédente série avait eu lieu le 21 mars, jour où le Nord a lancé deux missiles balistiques à courte portée, qui ressemblaient à des missiles sol-sol de type missile balistique tactique de l'armée américaine, depuis le comté de Sonchon, dans la province occidentale du Pyongan du Nord.

On ne sait pas encore si le dirigeant Kim Jong-un a supervisé la dernière opération. Celui-ci a assisté aux trois séries précédentes ce mois-ci, selon l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA).

Les tirs d'aujourd'hui pourraient avoir eu lieu dans le cadre de l'exercice d'artillerie hivernal, tout comme ce fut le cas pour les trois séries précédentes, étant donné que des sources militaires prévoient que d'autres pourraient suivre dans un proche avenir.

D'après des observateurs, un lance-roquettes de très grande taille pourrait avoir été utilisé cette fois-ci également. Si cela se confirme, il s'agirait du septième test du genre par le pays communiste et du troisième cette année.

Le 9 mars, ont été tirés au moins trois projectiles de courte portée depuis semble-t-il un grand lance-roquettes multiple, une semaine après le lancement de deux projectiles d'une manière similaire, selon le JCS.

Ces essais viseraient à renforcer la capacité à effectuer des tirs de projectiles à des intervalles réduites afin de rendre plus difficiles leur détection et leur interception, supposent les experts, qui font remarquer que le rythme des lancements a pu être fortement accéléré au fil du temps. Cela pourraient indiquer qu'un lance-roquettes multiple est déjà déployé et surtout opérationnel.

Les experts estiment par ailleurs que le régime nord-coréen cherche principalement à se renforcer dans un climat de peur face à la propagation du nouveau coronavirus et dans un contexte de difficultés économiques causées par les sanctions internationales.

Le Nord a intensifié ses efforts pour contenir le Covid-19 bien qu'il n'ait encore annoncé aucun cas confirmé sur son territoire, suscitant le doute à l'étranger.

Il est à noter que les derniers lancements font suite à la commémoration par la Corée du Sud du 10e anniversaire du naufrage de la corvette Cheonan qui a été coulée près de la Ligne de limite Nord (NLL) par une torpille lancée depuis un sous-marin nord-coréen. L'attaque avait fait 46 morts.

A la cérémonie de la journée de protection de Seohae (mer de l'Ouest) avant-hier, le président Moon Jae-in avait promis des efforts pour la paix sur la péninsule coréenne en se gardant d'envoyer un message direct au régime voisin. C'était la première fois qu'un chef d'Etat en exercice assistait à la commémoration des victimes des trois provocations militaires nord-coréennes de 2002 et 2010, dont l'incident du Cheonan.

A rappeler aussi que les pourparlers sur le nucléaire avec les Etats-Unis sont au point mort depuis le sommet de Hanoï entre Kim et le président Donald Trump en février 2019. Depuis, Pyongyang ne cesse d'appeler au renforcement de ses capacités d'auto-défense.

Dans son message du Nouvel An, le leader nord-coréen avait menacé de dévoiler une «nouvelle arme stratégique» dans un futur proche. Selon les experts, il pourrait s'agir d'un missile balistique intercontinental (ICBM) ou d'un missile mer-sol balistique stratégique (MSBS).

Sur cette photo publiée le 3 mars 2020 par la Télévision centrale nord-coréenne (KCTV), un tir d'artillerie de longue portée effectué la veille par la Corée du Nord. (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)
Sur cette photo publiée le 22 mars 2020 par l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA), le dirigeant nord-coréen observe le test d'une nouvelle arme tactique effectuée la veille. (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

xb@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page