Go to Contents Go to Navigation

Pompeo : les USA ont hâte de rencontrer le Nord pour des pourparlers nucléaires

International 31.03.2020 à 09h25

WASHINGTON, 30 mars (Yonhap) -- Les Etats-Unis sont impatients de s'asseoir avec les représentants de la Corée du Nord pour des pourparlers sur le nucléaire, a déclaré lundi le secrétaire d'Etat Mike Pompeo, peu de temps après que Pyongyang l'a accusé de calomnier le régime et a averti qu'il ferait «à sa façon».

Pompeo répondait à une déclaration officielle nord-coréenne qui condamnait son appel précédent au Groupe des sept économies avancées (G7) à maintenir la pression diplomatique et économique sur Pyongyang.

Lors d'une conférence téléphonique avec l'agence de presse Yonhap et d'autres médias asiatiques, le secrétaire a déclaré que le président Donald Trump avait clairement indiqué que les sanctions internationales contre la Corée du Nord devaient se poursuivre jusqu'à ce qu'elle prenne des mesures de dénucléarisation.

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo s'exprime lors d'une conférence de presse au département d'Etat à Washington, le 25 mars 2020. (AFP=Yonhap)

«La position du président sur la Corée du Nord et la mienne sont au diapason depuis le tout premier jour où je suis devenu secrétaire d'Etat», a-t-il souligné, répondant à la plainte du Nord selon laquelle Pompeo allait à l'encontre de la volonté de Trump, qui a récemment offert son aide pour lutter contre la pandémie de coronavirus dans une lettre adressée au dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

«Nous essayons avec beaucoup de diligence du côté américain depuis (le sommet de Singapour de juin 2018 entre Trump et Kim) d'aller de l'avant avec ces négociations et espérons que nous aurons l'occasion de le faire», a-t-il ajouté, notant que les dirigeants étaient d'accord au sommet pour dénucléariser la Corée du Nord et créer un «avenir meilleur» pour le peuple nord-coréen.

«Le président Trump a également été clair, jusqu'à ce que nous arrivions à ce point, jusqu'à ce que nous ayons fait suffisamment de progrès en cours de route, les sanctions, pas les sanctions américaines, mais les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, continueront d'être appliquées et en place», a-t-il poursuivi.

«Et nous espérons que nous aurons l'occasion de nous asseoir à nouveau avec les dirigeants nord-coréens et de commencer à tracer la voie à suivre pour offrir un avenir meilleur au peuple nord-coréen. C'est la position du président Trump depuis que nous avons commencé nos efforts», a assuré Pompeo.

Les négociations nucléaires entre les deux pays sont au point mort depuis plus d'un an à l'issue du deuxième sommet Trump-Kim au Vietnam en février 2019 qui s'est conclu sans accord.

Le Nord a donné aux Etats-Unis jusqu'à la fin de l'année 2019 pour faire preuve de souplesse après que Washington a rejeté l'offre de Pyongyang de démanteler une partie de son programme nucléaire en échange d'un important allégement des sanctions.

Alors que l'année s'écoulait sans percée, Kim a menacé de montrer bientôt une «nouvelle arme stratégique» et ce mois-ci, il a recommencé à tester des missiles à courte portée.

Pompeo a fait savoir que les Etats-Unis maintenaient cependant leur offre d'aider le pays communiste à lutter contre le Covid-19.

«Dès le début, quand il est devenu évident que les Nord-Coréens étaient susceptibles de se trouver face à un défi, nous avons offert de l'aide», a-t-il expliqué. «Nous l'avons fait par le biais de la Banque alimentaire mondiale. Nous l'avons fait directement. Et nous avons aidé d'autres pays et indiqué clairement que nous ferions tout notre possible pour que leur aide humanitaire puisse également entrer dans ce pays.»

Il a ajouté espérer que des nations telles que la Corée du Nord et l'Iran feraient preuve de transparence dans la notification de leur nombre de cas de Covid-19 et de leurs décès, ainsi que de leurs efforts pour réduire la propagation, afin qu'une contre-mesure mondiale efficace puisse être développée.

La Corée du Nord n'a signalé aucun cas de coronavirus, mais beaucoup estiment que le régime pourrait dissimuler une épidémie.

Les médias d'Etat nord-coréens ont rapporté à plusieurs reprises des efforts du pays pour prévenir une épidémie en mettant en quarantaine les populations et en resserrant ses frontières.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page