Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

La Corée du Sud cherche à inscrire une danse des masques locale sur la liste de l'Unesco

Actualités 02.04.2020 à 21h42

SEOUL, 02 avr. (Yonhap) -- La Corée du Sud a déposé une candidature pour inscrire la danse des masques «talchum» sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco, a déclaré l'Administration du patrimoine culturel (CHA).

La CHA a indiqué que la demande d'inscription déposée auprès de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) a été soumise au siège de l'organisme des Nations unies mercredi.

Le Secrétariat de l'Unesco et d'autres organes d'évaluation examineront la candidature avant que son Comité intergouvernemental pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel ne prenne la décision finale lors de sa 17e réunion prévue pour décembre 2022, selon la CHA.

La Corée du Sud possède 20 entrées sur les listes du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco, à savoir la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité et la Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente. Elles comprennent le «ssireum», la lutte traditionnelle coréenne, qui a été inscrit en 2018 suite aux efforts conjoints de la Corée du Sud et de la Corée du Nord.

Le talchum combine la danse et le récit et présente les caractéristiques des arts de la scène et du théâtre.

Comme d'autres spectacles communautaires traditionnels coréens, le talchum s'appuie sur l'humour et la satire pour dépeindre les problèmes sociaux.

Le genre implique une interaction avec le public, qui ponctuera de railleries et acclamations, pour que le spectacle progresse.

La CHA a tenu compte de l'influence du talchum sur les arts modernes coréens dans sa demande d'inscription sur la liste de l'Unesco.

Selon l'agence, le talchum a contribué à renforcer l'identité et la continuité de la communauté coréenne à travers l'histoire.

Le talchum présente de nombreuses variantes régionales. Actuellement, 13 versions régionales, dont celles de Tongyeong, de Yangju et du comté nord-coréen de Pukchong, sont classées au patrimoine culturel immatériel national.

«Nous travaillerons en étroite collaboration avec d'autres agences de préservation culturelle et organismes gouvernementaux pour que le talchum soit inscrit avec succès sur la liste de l'Unesco», a déclaré la CHA.

Cette image fournie par l'Administration du patrimoine culturel montre une variation régionale du «talchum» du comté de Pongsan dans la province du Hwanghae du Nord en Corée du Nord. (Archivage et revente interdits)
Cette image fournie par l'Administration du patrimoine culturel montre une variation régionale du «talchum» de la ville de Gasan dans la province du Gyeongsang du Sud. (Archivage et revente interdits)

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page