Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Mandat d'arrêt émis contre un soldat soupçonné d'être impliqué dans l'affaire de chantage sexuel

Actualités 06.04.2020 à 16h18
«Nth room case»

SEOUL, 06 avr. (Yonhap) -- Un tribunal militaire a émis ce lundi un mandat d'arrêt contre un soldat de l'armée de terre soupçonné d'être impliqué dans l'affaire de chantage sexuel qui a provoqué un tollé public à propos de l'exploitation de femmes et adolescentes dans des forums de discussion en ligne.

Le soldat de première classe dont l'identité n'a pas été dévoilée est soupçonné d'avoir distribué des contenus de femmes qui ont été forcées à pratiquer des actes sexuels obscènes en collaboration avec le suspect principal de l'affaire dite «Nth room», Cho Ju-bin.

Suite à la décision de la justice militaire, la police militaire recevra des documents liés de la part de la police civile dès que celle-ci aura achevé l'analyse des articles confisqués, selon l'armée.

«L'armée enquêtera de manières stricte et complète sur cette affaire et imposera une sanction forte en se basant sur une compréhension claire de sa signification et gravité», a déclaré un officiel de l'armée de terre.

Cho est accusé d'avoir incité et menacé les victimes pour qu'elles produisent des contenus à caractère sexuel et diffusé des photos et vidéos dans des forums de discussion de l'application Telegram. Il a été arrêté le mois dernier.

Selon la police, au moins 103 personnes dont 26 adolescentes, auraient été exploitées dans cette affaire. Les autorités ont répertorié jusqu'à présent les pseudonymes de 15.000 membres payants des salons de discussion et cherchent à déterminer leur identité.

Plus tôt dans la journée, le ministère de la Défense a annoncé son plan de participer à un groupe de travail interministériel destiné à élaborer des mesures pour empêcher des cas similaires de se reproduire et former les soldats de sorte à ne pas commettre de tels crimes avec leur téléphone portable.

Depuis l'année dernière, les conscrits sont autorisés à utiliser les téléphones portables dans les casernes en dehors des heures de travail.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page