Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(LEAD) Le principal opérateur de la salle de chat de Telegram inculpé pour exploitation sexuelle

Actualités 13.04.2020 à 18h20
«Nth room case»
Point de presse sur l'inculpation de Cho Ju-bin, fondateur du reseau d'exploitation sexuelle numérique, le 13 avril au Bureau des hauts procureurs de Séoul.

SEOUL, 13 avr. (Yonhap) -- Le fondateur du réseau d'exploitation sexuelle numérique au centre d'un vaste scandale a été inculpé et renvoyé devant un tribunal ce lundi pour avoir prétendument produit et distribué en ligne des photos et des vidéos à caractère sexuel à des fins lucratives, ont déclaré les procureurs.

Cho Ju-bin est accusé d'avoir fait du chantage à des victimes de sexe féminin, y compris des filles mineures, pour qu'elles fournissent des vidéos sexuelles de mai à février dernier, qui ont ensuite été publiées dans sa salle de discussion payante, surnommée «Baksabang», qui signifie «chambre de docteur» en coréen, sur le service de messagerie Telegram, selon le Parquet central du district de Séoul.

Au moins 25 personnes, dont huit filles mineures, ont été confirmées comme avoir été exploitées par Cho, a indiqué l'accusation.

Cho aurait tenté de comploter en vue d'agresser sexuellement une fille de 15 ans en octobre dernier après avoir menacé de divulguer une photo d'elle nue. Il aurait proféré des menaces similaires contre trois autres victimes l'année dernière, selon l'accusation, qui a noté qu'il devra faire face à un total de 14 chefs d'accusation. Il aurait notamment enfreint la loi sur la protection des enfants et des jeunes contre les délits sexuels.

L'homme de 24 ans est soupçonné d'avoir vendu du contenu à caractère sexuel obtenu de ses victimes par le chantage à des membres payants de Baksabang, dont le nombre est estimé à 15.000, en échange de crypto-monnaies.

Les procureurs ont notamment demandé la saisie des 15 portefeuilles en crypto-monnaies de Cho ainsi que des dépôts et des titres de valeurs mobilières.

En outre, Cho a été accusé d'avoir escroqué un journaliste indépendant de 15 millions de wons en lui promettant, faussement, qu'il lui fournirait des informations sur des personnalités connues.

Cho aurait enrôlé trois complices principaux dans les opérations du salon de discussion Baksabang et deux d'entre eux ont été arrêtés, un autre étant toujours en liberté.

Les tribunaux locaux ont émis des mandats de détention provisoire pour les deux complices, un soldat de l'armée et un homme de 18 ans, pour avoir recruté et géré les contributeurs de Baksabang mais aussi pour avoir transmis les recettes criminelles du salon de discussion à Cho.

Un ancien fonctionnaire a également été arrêté le 3 avril pour être suspecté d'avoir enquêté illégalement sur des informations personnelles de centaines de personnes et divulgué ces informations à Cho.

Les procureurs ont annoncé qu'ils mèneraient de nouvelles investigations visant Cho et ses complices avant de décider de les accuser comme faisant partie d'une organisation d'un groupe criminel.

Les procureurs ont également demandé que la loi soit révisée pour rendre obligatoire la divulgation de l'identité de tous les criminels condamnés pour des crimes sexuels contre des mineurs de moins de 13 ans.

Entre-temps, l'Agence de la police métropolitaine de Séoul a déclaré avoir jusqu'à présent mis en examen 30 membres payants de Baksabang pour possession de matériel d'exploitation sexuelle sur des enfants et d'autres accusations et qu'elle allait étendre ses enquêtes à d'autres membres payants.

La police a également déclaré qu'elle fera pression pour que soient divulguées les informations personnelles des complices de Cho, y compris l'homme de 18 ans du nom de Kang.

Pendant ce temps, la police a obtenu les pseudonymes d'environ 15.000 membres payants de Baksabang à partir de données numériques obtenues auprès de Cho et cherche désormais leurs informations d'identité personnelles.

Un homme dans la quarantaine s'est suicidé le mois dernier à Séoul après avoir laissé une note de suicide dans laquelle il dit regretter d'avoir payé de l'argent à Baksabang et être désolé pour les victimes.

as26@yna.co.kr

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page