Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(3e LD) Le Nord tire une pluie de missiles à la veille de l'anniversaire de son défunt fondateur et des élections au Sud

Actualités 14.04.2020 à 17h47

SEOUL, 14 avr. (Yonhap) -- La Corée du Nord a tiré ce mardi ce qui semblait être des missiles de croisière au large de sa côte est et des missiles air-sol depuis des avions de chasse dans la mer de l'Est, a déclaré le Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS) de la Corée du Sud, dans une démonstration de force à la veille de l'anniversaire de son fondateur défunt Kim Il-sung et des élections parlementaires du Sud.

Les projectiles, supposés être des missiles de croisière antinavires, ont été tirés vers le nord-est depuis des zones proches de sa ville côtière orientale de Munchon vers 7h du matin, pendant une durée de plus de 40 minutes, a déclaré le porte-parole du JCS, ajoutant qu'ils ont volé environ 150 kilomètres avant de s'abîmer dans les eaux au large de la côte est.

Parallèlement aux lancements de missiles, le Nord a déployé plusieurs avions de chasse de type Sukhoi au-dessus de la ville côtière de Wonsan et a tiré plusieurs missiles anti-sol dans la mer de l'Est, a ajouté le JCS.

On ne sait pour le moment pas si le leader Kim Jong-un a guidé les derniers tirs.

«L'armée surveille de près la situation pour d'éventuels lancements supplémentaires, tout en maintenant une position de préparation», a déclaré le JCS dans un communiqué.

Les manœuvres militaires sont intervenues à la veille du 108e anniversaire de la naissance de Kim Il-sung, défunt fondateur du Nord et grand-père de l'actuel leader Kim Jong-un, et des élections parlementaires en Corée du Sud.

L'anniversaire du fondateur est l'une des plus grandes fêtes nationales du Nord avec celui du père du chef actuel, Kim Jong-il, et la nation communiste a souvent organisé des défilés massifs et d'autres événements militaires pour marquer l'événement.

Il s'agit de la dernière d'une série d'actions militaires menées par le Nord, alors que le régime a cherché à renforcer ses capacités de défense au milieu des pourparlers de dénucléarisation au point mort avec les Etats-Unis et d'une vigilance accrue contre le nouveau coronavirus (Covid-19).

Le dernier test connu de missiles de croisière a eu lieu le 8 juin 2017, lorsque l'armée nord-coréenne a effectué le tout premier test de son missile de croisière de défense côtière Kumsong-3 depuis Wonsan. Le système est appelé KN-19 par les Etats-Unis et a été vu pour la première fois lors d'un défilé militaire organisé à Pyongyang le 15 avril de l'année pour marquer le 105e anniversaire de Kim Il-sung.

«Les projectiles tirés aujourd'hui semblent être similaires à ceux qui ont été tirés en juin 2017. Des analyses supplémentaires sont en cours par les autorités sud-coréennes et américaines», a fait savoir un officier du JCS aux journalistes.

Ces photos, publiées par le quotidien nord-coréen Rodong Sinmun le 9 juin 2017, montrent le lancement d'un nouveau missile de croisière antinavire du pays. Le rapport indique que le leader Kim Jong-un a observé le lancement du missile, que la Corée du Sud avait détecté un jour plus tôt. (Utilisation en Corée du Sud uniquement et revente interdite)
Le leader nord-coréen Kim Jong-un (au centre) inspecte une flotte d'avions d'assaut sous la division aérienne et antiaérienne sur cette photo publiée le 12 avril 2020 par l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA). (Utilisation en Corée du Sud uniquement et revente interdite)

Lors de l'essai de 2017, quatre projectiles ont parcouru environ 200 km à une altitude maximale d'environ 2 km.

Le missile de croisière à basse altitude et rasant est difficile à détecter et se targue d'un taux de précision élevé car il utilise la manœuvre dite du point de cheminement, qui permet à l'arme de se réorienter en cours de vol, selon les experts.

«La Corée du Nord a récemment entamé des activités militaires, qui pourraient viser à compenser les exercices hivernaux qui n'ont pas été entièrement organisés en raison du coronavirus», a-t-il ajouté.

L'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) a rapporté que le leader Kim Jong-un a supervisé un exercice de tir au mortier. Deux jours plus tard, la KCNA a indiqué que Kim avait inspecté une unité de défense aérienne, sans préciser la date.

«Récemment, nous avons vu l'armée nord-coréenne accroître ses activités de surveillance dans le ciel près de sa ligne de démarcation militaire avec la Chine, au-dessus de la mer Jaune», a déclaré l'officier, ajoutant que certains espaces maritimes et aériens au-dessus de la mer Jaune n'ont été clairement revendiqués ni par la Corée du Nord ni par la Chine.

Parallèlement à des exercices de tirs d'artillerie à plus petite échelle, le pays communiste a effectué quatre tests d'armes majeurs cette année, tous en mars.

La dernière série de tirs a eu lieu le 29 mars, lorsque le Nord a lancé deux projectiles à courte portée à partir d'un lance-roquettes multiple guidé de gros calibre dans la mer de l'Est. Au cours des trois tests précédents, il a déployé son lance-roquettes multiple de très grande taille et sa version des missiles balistiques à courte portée ATACMS, selon le JCS.

Ces mesures semblent viser à resserrer la discipline militaire dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.

Le Nord a intensifié ses efforts pour contenir le nouveau coronavirus, bien qu'il ait affirmé qu'aucun cas confirmé n'a été signalé sur son sol.

La façon de traiter le coronavirus figurait en bonne place à l'ordre du jour de la réunion du Bureau politique du Parti du travail au pouvoir samedi et de la session parlementaire de l'Assemblée populaire suprême (APS) tenue le lendemain.

Face aux sanctions internationales prolongées, le régime a également appelé à renforcer les capacités d'autodéfense.

Dans son message du Nouvel An, le leader Kim avait averti qu'il présenterait une «nouvelle arme stratégique» dans un proche avenir, ce qui, selon les experts, pourrait signifier un type avancé de son missile balistique intercontinental (ICBM) ou un missile mer-sol balistique stratégique (MSBS).

Au lieu de se détourner complètement du dialogue, cependant, le Nord semble avoir pris des mesures de faible intensité, bien qu'il soit interdit de toute activité de missile balistique en vertu des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies.

as26@yna.co.kr

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page