Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Cinq villes et provinces chinoises permettront aux hommes d'affaires sud-coréens de bénéficier d'une procédure d'entrée accélérée

Actualités 29.04.2020 à 19h33

SEOUL, 29 avr. (Yonhap) -- Cinq villes et provinces chinoises vont permettre l'entrée accélérée des hommes d'affaires sud-coréens à partir du mois prochain, faisant exception aux restrictions d'entrée promulguées en raison de l'épidémie de nouveau coronavirus (Covid-19), a déclaré ce mercredi le ministère sud-coréen des Affaires étrangères.

La Corée du Sud et la Chine cherchent à instaurer un système d'entrée «accélérée» pour permettre aux hommes d'affaires de se rendre rapidement sur place afin de minimiser les conséquences économiques des restrictions d'entrée imposées lors de la pandémie de Covid-19.

La décision a été prise lors d'une réunion de travail entre les deux parties, qui s'est tenue plus tôt dans la journée sous la direction de Kang Sang-wook, directeur général des affaires de l'Asie du Nord-Est au ministère des Affaires étrangères, et de son homologue chinois, Wu Jianghao.

Selon l'accord, le système d'entrée rapide est en principe appliqué à 10 villes et provinces chinoises, mais la moitié d'entre elles, dont Shanghai, Liaoning, Shandong, Jiangsu et Anhui, ne pourront appliquer le système pour l'instant puisque que seuls les vols réguliers y circulent, a déclaré le ministère.

Le système d'entrée simplifié permettra aux hommes d'affaires sud-coréens de demander un visa sur présentation d'une invitation d'une société basée en Chine.

Ils devront contrôler avant le départ leur état de santé pendant deux semaines et posséder des documents certifiés par l'Etat prouvant qu'ils ne sont pas porteurs du virus. Une fois arrivés en Chine, ils devront s'isoler pendant un ou deux jours dans un établissement désigné par le gouvernement provincial et subir un nouveau test de dépistage.

Pékin interdit actuellement l'entrée des étrangers, sauf dans les cas des diplomates ou d'autres personnes ayant des raisons essentielles. Ces entrées limitées exigent un isolement d'au moins 14 jours dans des installations désignées.

Lors des discussions de mercredi, les deux parties sont convenues de poursuivre les discussions sur les moyens de revitaliser les échanges bilatéraux une fois que l'épidémie se sera stabilisée, notamment en rétablissant les opérations des vols.

Elles ont également parlé de l'épidémie de virus dans leur pays et sont convenues de continuer à coopérer dans les secteurs de la quarantaine et de la santé pour faire face à la maladie, selon le ministère.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page