Go to Contents Go to Navigation

Les mesures du 24-Mai n'entravent plus les échanges intercoréens, selon Séoul

Corée du Nord 20.05.2020 à 14h24
Le porte-parole du ministère de l'Unification Yoh Sang-key répond à des questions de journalistes le mercredi 4 mars 2020, au complexe gouvernemental à Séoul.

SEOUL, 20 mai (Yonhap) -- La série de sanctions imposées contre la Corée du Nord suite au naufrage meurtrier du navire de guerre sud-coréen Cheonan en 2010 a été assouplie et ne constitue plus un obstacle aux échanges intercoréens, a dit ce mercredi le ministère de l'Unification.

Le porte-parole du ministère, Yoh Sang-key, a fait ces remarques alors que la Corée du Sud marquera bientôt le 10e anniversaire de la mise en place des sanctions contre le Nord, appelées mesures du 24-Mai, après que le pays communiste a torpillé un navire de guerre et tué 46 marins.

«Les gouvernements précédents ont pris des mesures d'assouplissement et permis des exceptions (dans l'application des sanctions)», a déclaré Yoh lors d'un point de presse régulier. «Une grande partie des sanctions ont pratiquement perdu leur effet.»

«Par conséquent, notre gouvernement ne voit pas les mesures du 24-Mai comme un obstacle pour les échanges et la coopération avec le Nord», a-t-il été ajouté. «Le gouvernement continuera à faire des efforts pour accroître les relations intercoréennes et établir une véritable paix sur la péninsule coréenne.»

Les mesures du 24-Mai sont une série de sanctions imposée par l'administration Lee Myung-bak pour interdire presque toutes les relations intercoréennes à l'exception des aides humanitaires. Ces sanctions ont été considérées comme un obstacle pour les échanges intercoréens.

Le gouvernement Moon Jae-in fait des efforts pour étendre la coopération transfrontalière afin de faire avancer les liens intercoréens dans un contexte d'impasse dans les pourparlers de dénucléarisation.

Le ministre de l'Unification Kim Yeon-chul a également dit plus tôt que le gouvernement cherchait divers moyens pour faire avancer les relations intercoréennes, dans l'impasse actuellement, en renforçant les échanges et la coopération dans les domaines ne faisant pas l'objet des sanctions internationales.

Le Nord n'a pas répondu aux propositions du Sud pour une coopération transfrontalière depuis le sommet sans accord avec les Etats-Unis en février 2019. Pyongyang a également critiqué Séoul pour traîner les pieds dans les relations intercoréennes de peur de violer les sanctions dirigées par Washington.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page