Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(4e LD) Coronavirus : Séoul lutte pour rompre les chaînes de transmission suite aux infections d'Itaewon

Actualités 25.05.2020 à 16h21

SEOUL, 25 mai (Yonhap) -- Les autorités sanitaires sud-coréennes s'efforcent de rompre les chaînes de transmission concernant les infections de masse dans le quartier d'Itaewon, réputé pour sa vie nocturne, à Séoul, alors que le pays lutte contre l'apparition sporadique de cas de nouveau coronavirus (Covid-19) à travers le pays.

Le pays a rapporté 16 nouveaux cas, dont 13 infections locales, portant le bilan de la Corée du Sud à 11.206, selon les Centres coréens de contrôle et de prévention des maladies (KCDC).

La hausse quotidienne des cas de virus est tombée en dessous de 20 après s'être située autour de ce chiffre ces trois derniers jours.

Des officiels de santé donnent des consignes relatives aux tests de dépistage à un homme dans un centre médical public situé dans l'arrondissement de Gangseo, dans l'ouest de Séoul, le lundi 25 mai 2020.

Itaewon a émergé comme un nouveau cluster d'infections après qu'un homme de 29 ans a été testé positif au virus le 6 mai suite à des visites dans plusieurs discothèques et bars de ce quartier.

Jusqu'à midi, 237 cas se sont révélés liés au cluster d'Itaewon, en hausse de 12 par rapport à la veille, même si les autorités sanitaires pensent que le cluster est sous contrôle et ne se développe pas en explosion d'infections. Le pays a testé jusqu'à présent plus de 82.000 personnes concernant les cas d'Itaewon.

Cependant, les autorités sanitaires sont en alerte sur les voies de transmission non détectées qui pourraient aboutir à une plus grande propagation du virus alors qu'elles continuent à déterminer les transmissions secondaires voire même quinquénaires liées aux infections à Itaewon depuis ces dernières semaines.

Sur les 237 cas liés à Itaewon, 112 ont été identifiés à Séoul et 59 dans la province du Gyeonggi.

Les KCDC ont dit surveiller aussi de près les cas issus de groupes d'étude de la bible dans certaines villes.

«Ce qui est important, c'est de rompre les chaînes de transmission avant que l'apparition de cas se développe en propagation communautaire», a souligné Yoon Tae-ho, un haut responsable du ministère de la Santé et des Affaires sociales, lors d'une conférence de presse. «Nous devons accélérer notre traçage et nos tests de dépistage.»

Le pays reste également vigilant à l'approche d'une réouverture plus large des écoles cette semaine suite à la rentrée des élèves en dernière année de lycée la semaine dernière après presque trois mois de suspension.

Un soldat désinfecte une salle de classe dans une école primaire à Paju, au nord de Séoul, le lundi 25 mai 2020.

Les infections d'origine inconnue représentent 6,8% des nouveaux cas rapportés durant ces deux dernières semaines, selon Yoon.

Le pays a rapporté un autre décès, alourdissant le bilan des cas mortels à 267.

Le nombre total de personnes ayant quitté l'hôpital après un rétablissement complet s'est élevé à 10.226, soit 13 de plus que la veille, selon les KCDC, alors que 713 patients reçoivent actuellement des traitements.

Malgré les transmissions sporadiques détectées à l'échelle nationale en lien avec le cluster d'Itaewon, le gouvernement a déclaré ne pas encore envisager de revenir à une distanciation sociale plus stricte, en ajoutant que les capacités de quarantaine du pays restent suffisantes pour contrôler et traiter le virus.

Néanmoins, afin de prévenir une plus grande diffusion du virus, certains gouvernements municipaux ont émis des ordres administratifs interdisant les rassemblements dans les établissements de divertissement, ce qui a forcé de facto les discothèques et les bars à suspendre leurs activités.

Séoul et la province voisine du Gyeonggi ont aussi lancé des ordres visant les karaokés à pièce après que les autorités sanitaires y ont identifié des infections.

Le gouvernement demandera aux établissements de divertissement à haut risque, tels que les discothèques et les bars, de mettre en place à partir du mois prochain des registres à l'entrée, basés sur le code QR, dans le cadre de ses efforts pour réduire les erreurs et les retards du traçage causés par ceux qui donnent de fausses informations personnelles.

Un membre du personnel médical mène des tests de dépistage à Séoul, le lundi 25 mai 2020.

Les autorités sanitaires ont indiqué qu'elles renforceraient les directives de prévention du virus concernant l'utilisation des transports en commun.

Tous les conducteurs d'autobus et de taxis seront obligés de porter un masque de protection à partir de mardi.

Le ministère du Territoire, de l'Infrastructure et du Transport a ajouté que ceux qui ne portent pas de masques ne seraient pas autorisés à prendre le bus et le taxi. Il mettra en œuvre une règle permettant de ne pas sanctionner les conducteurs d'autobus et de taxis, même si ces derniers refusent de prendre les clients qui ne portent pas de masque.

Le ministère a déclaré que tous les passagers aériens devraient porter un masque à partir de mercredi, quel que soit leur vol.

Les KCDC ont annoncé avoir décidé d'établir un système pour détecter et analyser une maladie inflammatoire pédiatrique mystérieuse liés probablement au Covid-19 dans un contexte où une telle maladie a été rapportée à l'étranger.

Les médecins sont invités à rapporter aux autorités sanitaires s'ils identifient des symptômes du syndrome multi-inflammatoire chez les enfants (MIS-C).

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page