Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(2e LD) Moon rencontre les chefs de partis à Cheong Wa Dae

Actualités 28.05.2020 à 21h11

SEOUL, 28 mai (Yonhap) -- Le président Moon Jae-in a demandé ce jeudi un soutien bipartite au projet du gouvernement d'introduire un troisième budget supplémentaire pour faire face aux conséquences économiques de la pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19), lors d'une réunion avec les dirigeants des deux principaux partis politiques sud-coréens à Cheong Wa Dae.

Il a également souligné l'importance que l'Assemblée nationale adopte rapidement un projet de loi sur l'emploi et contribue aux préparatifs de la mise en place, en juillet, d'une unité non judiciaire chargée d'enquêter sur la corruption des hauts fonctionnaires, selon le porte-parole présidentiel Kang Min-seok.

Moon a organisé le déjeuner avec Kim Tae-nyeon du Parti démocrate (PD) au pouvoir et Joo Ho-young de la principale formation d'opposition, le Parti unifié du futur (PUF), à la maison d'hôtes Sangchunjae au sein du complexe présidentiel de Séoul.

Le président Moon Jae-in (au c.) pose pour une photo commémorative avec Kim Tae-nyeon (à dr.), chef de file du Parti démocrate (PD) au pouvoir, et son homologue de la principale formation d'opposition, le Parti unifié du futur (PUF), Joo Ho-young, à Cheong Wa Dae à Séoul, le 28 mai 2020.
Le président Moon Jae-in (à g.) s'entretient avec Kim Tae-nyeon (au centre), chef de file du Parti démocrate (PD) au pouvoir et son homologue de la principale formation d'opposition, le Parti unifié du futur (PUF), Joo Ho-young, à Cheong Wa Dae à Séoul, le 28 mai 2020.

Moon a souligné que le monde est confronté à une crise jugée la plus grave depuis la Grande Dépression.

S'adressant à Kim et Joo, le président s'est dit en faveur d'une «politique de coopération» et de fréquentes rencontres pour tenir des discussions franches sur diverses questions.

Un autre mot d'ordre était «l'unité nationale».

Le président a dit espérer que les partis parviendront bientôt à un accord lors des négociations sur les présidents des 18 commissions permanentes du Parlement et que la session officielle du Parlement débutera sans heurts.

Joo a proposé la création d'un nouveau poste ministériel en charge des affaires politiques et Moon a demandé à son chef de cabinet, Noh Young-min, d'y réfléchir, a déclaré Kang.

Le gouvernement devrait présenter le mois prochain un autre projet de loi de finances, d'une valeur approximative de 40.000 milliards de wons (32 milliards de dollars), afin de minimiser l'impact économique de la pandémie de Covid-19.

Le gouvernement se prépare à lancer la nouvelle agence d'investigation dans le cadre de la législation sur la réforme du Parquet, que le parti de Joo considère comme visant à renforcer un pouvoir présidentiel déjà fort.

S'adressant séparément aux journalistes, Joo a déclaré qu'il avait fait part de ses inquiétudes quant à la solidité fiscale du pays dans le contexte des dépenses budgétaires expansionnistes de l'administration Moon.

En ce qui concerne la sécurité nationale, Joo s'est également inquiété de la poursuite des programmes nucléaires et balistiques de la Corée du Nord.

En réponse, Moon a cité la puissance de feu «conventionnelle» écrasante de la Corée du Sud pour contrer les menaces du Nord, affirmant qu'il est impossible que Séoul développe un arsenal nucléaire en raison de diverses règles internationales.

Concernant les actes «hostiles» de la Corée du Nord contre le Sud, autres que les provocations visant à attirer l'attention internationale, le président a déclaré selon Joo que le gouvernement «gère la situation et essaie d'empêcher qu'une telle chose ne se reproduise».

Cela a marqué la première réunion de Moon à Cheong Wa Dae avec les chefs de file des principaux partis en un an et demi. La précédente s'est déroulée le 5 novembre 2018, quand il a été rejoint par les dirigeants de l'époque de trois petits partis d'opposition.

Cette fois, seuls les deux partis éligibles pour former un groupe de négociation à l'Assemblée nationale, qui nécessite au moins 20 sièges, ont été invités.

as26@yna.co.kr

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page