Go to Contents Go to Navigation

(4e LD) Coronavirus : la région de Séoul menacée par une nouvelle vague, alerte autour des diffuseurs «silencieux»

Actualités 04.06.2020 à 17h09

SEOUL, 04 juin (Yonhap) -- Les cas supplémentaires de nouveau coronavirus (Covid-19) à Séoul et autour ont continué à progresser ce jeudi alors que les cas liés aux rassemblements religieux augmentaient régulièrement, plaçant les autorités sanitaires en état d'alerte suite à la propagation dans la région densément peuplée sur fond d'inquiétudes liées aux diffuseurs du virus asymptomatiques ou «silencieux».

Le pays a ajouté 39 autres cas de Covid-19, dont 33 infections locales, portant le nombre total à 11.629, selon les Centres coréens pour le contrôle et la prévention des maladies (KCDC).

Toutes les transmissions nationales nouvellement identifiées ont été signalées à Séoul et dans les zones adjacentes.

Un jour plus tôt, le pays avait notifié 49 patients contaminés, cassant quatre jours consécutifs avec moins de 40 nouvelles infections.

Les transmissions liées aux lieux de culte à Séoul et dans les environs constituent une nouvelle source de préoccupations pour les autorités sanitaires, avec les cas en relation avec des amateurs de clubs du quartier d'Itaewon, réputé pour sa vie nocturne, et un entrepôt d'un géant du commerce électronique.

Des travailleurs de l'assainissement désinfectent les rues du nord de Séoul pour empêcher la propagation du nouveau coronavirus (Covid-19), le 4 juin 2020.

Jusqu'à jeudi, le nombre de cas liés à 30 petits temples protestants d'Incheon, une ville portuaire située à l'ouest de Séoul, et dans la province du Gyeonggi qui entoure la capitale, a atteint 66, soit 11 de plus qu'un jour plus tôt, selon les KCDC.

Parmi les cas signalés au sein des temples, plus de la moitié étaient des transmissions secondaires.

Le nombre d'infections en relation avec les clubs d'Itaewon a atteint 272, et 120 cas étaient liés au centre de distribution géré par Coupang ce mercredi.

Au cours des deux dernières semaines, les infections en grappes ont représenté près de 72% des nouveaux cas, tandis que l'on ignore les voies d'infection de 9% d'entre eux. Un énorme 96% des cas au cours de la période provenaient de la région de Séoul.

«Si la situation à Séoul et dans ses environs ne montre aucun signe d'amélioration, nous devrons prendre des mesures plus strictes», a signalé la directrice des KCDC, Jeong Eun-kyeong, lors d'un briefing quotidien. «Avant qu'il y ait un vaccin, le pays suivra des schémas de distanciation sociale strict ou assoupli en fonction de l'évolution de la pandémie.»

Le taux de reproduction du Covid-19, une jauge qui reflète le nombre moyen de personnes infectées par un patient, se situe actuellement à environ 1,2, selon les KCDC. Le chiffre était d'environ 0,5 avant l'épidémie d'Itaewon.

«Tout chiffre supérieur à 1 indique qu'un patient transmet le virus à au moins une personne. Afin de maîtriser la pandémie, nous faisons actuellement des efforts pour abaisser le chiffre à environ 0,5», a expliqué Jeong.

Une vague d'infections en grappes a contraint les autorités sanitaires à renforcer les mesures de quarantaine dans la zone métropolitaine, qui abrite la moitié des 51 millions d'habitants du pays, qui sera en vigueur jusqu'au 14 juin.

La Corée du Sud pourrait envisager de revenir à une stricte distanciation sociale si la courbe du virus du pays ne faiblit pas fortement dans les délais.

Les autorités sanitaires sont particulièrement préoccupées par l'augmentation constante des propagateurs du virus «cachés et silencieux» dans la région métropolitaine, car ceux qui entrent en contact avec ces personnes risquent de contracter à leur insu le Covid-19.

Les KCDC estiment qu'environ 25% à 35% des patients ont été testés positifs pour le coronavirus malgré l'absence de symptômes associés.

Un grand nombre de personnes infectées liées aux rassemblements religieux ont montré des symptômes légers ou nuls. Quelque 70% des patients rapportés dans l'un des temples d'Incheon ne présentaient aucun signe du virus, ont indiqué les KCDC.

«Il est possible que la Corée du Sud continue à connaître une propagation sporadique du virus par le biais de ces diffuseurs de virus silencieux jusqu'à ce qu'un vaccin efficace soit disponible», a estimé Yoon Tae-ho, un haut responsable de la santé, dans un briefing quotidien.

Yoon a souligné que les résidents de la région métropolitaine devraient s'abstenir de se réunir au moins jusqu'à ce week-end.

Des soldats de l'unité Hanbit, chargée de missions de maintien de la paix au Soudan du Sud, arrivent à l'aéroport international d'Incheon, à l'ouest de Séoul, le mercredi 3 juin 2020, et se dirigent vers des autocars à destination de leur base. Ils ont dû rester à leur poste plus longtemps que prévu du fait de l'apparition du nouveau coronavirus (Covid-19) et ont été remplacés par un nouveau groupe de soldats sud-coréens.

En phase avec l'éloignement social atténué qui a commencé au début du mois de mai, Séoul a déployé la troisième phase de son plan de réouverture des écoles, avec des élèves de première année du lycée, de deuxième année du collège et d'autres écoliers du primaire retournant en rotation dans leurs salles de classe.

Les écoles continueront à prendre des mesures de précaution, notamment des déjeuners décalés, un ajustement de la fréquentation scolaire, une réduction de la durée des cours et un mélange de cours en ligne et hors ligne.

Certaines écoles, pour la plupart situées dans la zone métropolitaine, ont cependant été forcées de retarder leur réouverture en raison des inquiétudes persistantes.

Ce jeudi, quelque 511 maternelles, écoles primaires, collèges et lycées sont restés fermés, ce qui représente 2,4% des 20.900 établissements scolaires du pays.

Les visiteurs font la queue pour faire vérifier leur température corporelle par un robot au bureau du district de Seocho, dans le sud de Séoul, le 4 juin 2020.

Les autorités sanitaires s'efforcent également d'obtenir du remdesivir, qui a récemment été approuvé ici en tant que médicament de traitement pour le nouveau coronavirus.

La Corée du Sud n'a pas encore terminé ses tests cliniques sur le nouveau traitement du géant pharmaceutique américain Gilead Sciences Inc., mais le ministère de la Sécurité des denrées alimentaires et des médicaments a déclaré plus tôt qu'il avait fait ses preuves dans de nombreux autres pays pour aider à réduire le temps nécessaire à la guérison des patients souffrant du Covid-19.

La Corée du Sud n'a signalé aucun nouveau décès, ce qui porte le nombre de morts à 273.

Le taux de mortalité s'élevait à 2,35%, bien que le chiffre oscille à plus de 26% pour les patients âgés de 80 ans et plus.

Le nombre cumulé de cas importés a atteint 1.275, soit six de plus qu'un jour plus tôt.

Le total des personnes libérées de la quarantaine après un rétablissement complet s'élevait à 10.499, soit 32 de plus que la veille. Environ 90% des patients atteints du Covid-19 ici ont été guéris.

Depuis le 3 janvier, la Corée du Sud a effectué 973.858 tests de dépistage du nouveau coronavirus, dont 17.006 un jour plus tôt. Le pays a signalé son premier cas, impliquant une Chinoise, le 20 janvier.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page