Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Des maires de régions frontalières réclament l'arrêt de l'envoi de tracts vers le Nord

Actualités 05.06.2020 à 15h07
Le ministre de l'Unification Kim Yeon-chul (à g.) reçoit une lettre de Jung Ha-young, maire de la ville de Gimpo, appelant à des réglementations strictes pour empêcher les groupes de réfugiés nord-coréens d'envoyer des tracts vers la Corée du Nord, le vendredi 5 juin 2020.

SEOUL, 05 juin (Yonhap) -- Une association des maires des régions frontalières a appelé le ministère de l'Unification ce vendredi à établir des réglementations plus strictes pour empêcher les réfugiés nord-coréens et d'autres activistes d'envoyer des prospectus vers le pays communiste.

Le maire de la ville de Gimpo, à l'ouest de Séoul, a transmis une lettre au nom d'une association des maires de 10 zones frontalières au ministre de l'Unification Kim Yeon-chul, exhortant à arrêter immédiatement la campagne d'envoi de tracts par des groupes de réfugiés nord-coréens et établir une loi interdisant une telle campagne.

«Envoyer des prospectus vers la Corée du Nord est un acte irresponsable qui écrase les rêves du peuple des zones frontalières souhaitant vivre en sécurité et paisiblement sans aucune tension», a dit la lettre.

Le ministre a répondu qu'il savait très bien combien il est important pour la population résidant dans les régions frontalières de maintenir la paix et l'économie. «Nous coopérerons étroitement avec l'association», a-t-il dit.

La lettre est intervenue après que la sœur cadette du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, Yo-jong, a publié une déclaration critiquant la campagne d'envoi de tracts, la dénonçant comme un acte hostile violant les accords de la paix conclus lors des sommets intercoréens de 2018.

Elle a averti que le Nord pourrait abandonner l'accord militaire, démanteler le complexe industriel de Kaesong et fermer le bureau de liaison conjoint si le Sud n'arrête pas l'envoi de tracts à travers la frontière.

Quelques heures plus tard, le ministère a annoncé que le gouvernement travaillait sur un plan pour mettre en œuvre une loi interdisant l'envoi de prospectus vers le Nord.

Des réfugiés nord-coréens et des activistes anti-Pyongyang envoient parfois des ballons transportant des tracts critiquant le régime communiste et son leader, malgré les appels répétés pour un arrêt de cette campagne.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page