Go to Contents Go to Navigation

(LEAD) Moon ordonne le réexamen du plan de réforme du système de contrôle des maladies

National 05.06.2020 à 19h45

SEOUL, 05 juin (Yonhap) -- Le président Moon Jae-in a ordonné ce vendredi aux autorités de réexaminer le plan de transférer le droit de contrôle d'un institut de recherche géré par l'Etat au ministère de la Santé et des Affaires sociales alors que l'institut est actuellement affilié aux Centres coréens pour le contrôle et la prévention des maladies (KCDC).

Sa demande est survenue sur fond de controverses sur le plan du gouvernement pour réviser une loi sur l'organisation du gouvernement qui a été dévoilé la veille par le ministère de l'Intérieur et de la Sécurité.

Le plan prévoit d'élever les KCDC en organisme administratif indépendant ayant le pouvoir de traiter son propre budget et les questions concernant le personnel afin qu'ils puissent mieux répondre aux crises sanitaires publiques comme le nouveau coronavirus (Covid-19).

Les KCDC ont établi les mesures de quarantaine en Corée du Sud contre le Covid-19. Le nom provisoire du nouveau corps gouvernemental est Administration de contrôle et prévention des maladies.

Le président Moon Jae-in. (Photo d'archives Yonhap)

Dans le cadre de la modification prévue de la structure organisationnelle, l'Institut national coréen de la santé (KNIH), le centre de recherche chargé du traitement des maladies infectieuses et de la recherche vaccinale des KCDC, sera élargi et rattaché au ministère de la Santé.

La directrice générale des KCDC, Jeong Eun-kyeong, et des experts civils ont exprimé des opinions négatives sur ce changement, en disant que les KCDC doivent avoir leur propre organe de recherche et leur propre fonction même si leur statut administratif est élevé.

Face à ces opinions, Moon a ordonné un réexamen «général» du plan, selon le porte-parole de Cheong Wa Dae, Kang Min-seok.

Au cœur du projet se trouve le centre de recherche des maladies infectieuses, l'un des huits centres rattachés aux KCDC, supervisés par le chef de KNIH.

Ce que le ministère de l'Intérieur et de la Sécurité a voulu est d'élargir le rôle et le personnel du centre en tant que tour de contrôle du pays pour la recherche sur les virus et la réponse aux besoins industriels. De ce point de vue, le transfert du centre au ministère semblait approprié, a expliqué un responsable de Cheong Wa Dae sous couvert d'anonymat aux journalistes.

Lors d'un autre point de presse plus tard dans la journée, Kwon Jun-wook, un haut responsable des autorités sanitaires, a indiqué que des consultations sont en cours, dirigées par le ministère de la Santé et des Affaires sociales, sur «plusieurs méthodes de développement» en lien avec la révision prévue de la loi et la demande du président.

«Une décision sera prise à travers les discussions», a déclaré Kwon, le chef du KNIH qui est aussi vice-directeur des KCDC.

Selon lui, le KNIH devrait jouer un rôle «pionnier» plutôt que de traiter les questions «en suspens».

L'institut devrait fournir un soutien non seulement au développement des traitements des maladies infectieuses et des vaccins mais aussi à la préparation d'infrastructures de recherche liées à plusieurs domaines tels que les maladies chroniques, le génome, les méga-données, le traitement numérique et l'intelligence artificielle, a-t-il ajouté.

Cette photo fournie par Yonhap News TV montre le siège des Centres coréens pour le contrôle et la prévention des maladies (KCDC). (Revente et archivage interdits)

mjp@yna.co.kr

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page