Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(FOCUS) Une route cahoteuse attend Samsung, même après que son héritier présomptif a évité la détention

Actualités 09.06.2020 à 09h55

SEOUL, 09 juin (Yonhap) -- Le groupe Samsung a poussé un soupir de soulagement ce mardi alors que son chef de facto, Lee Jae-yong, a évité l'arrestation suite à une enquête sur une fusion controversée entre deux unités du groupe il y a quelques années, mais le plus grand conglomérat de Corée du Sud fait toujours face aux défis de la longue bataille juridique de Lee et aux incertitudes causées par la pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19).

Un tribunal de Séoul a rejeté le mandat d'arrêt contre le vice-président de Samsung Electronics Co. que les procureurs avaient requis pour son implication présumée dans le regroupement des deux filiales de Samsung, Samsung C&T Corp. et Cheil Industries Inc., en 2015 et la fraude comptable d'une unité pharmaceutique.

Le Parquet soupçonne Lee et la direction du groupe d'être impliqués dans un programme calibré qui a visé à réduire intentionnellement la valeur de Samsung C&T avant sa fusion avec Cheil Industries afin de faciliter la succession de son père malade, Lee Kun-hee, vers Lee Jae-yong.

Le vice-président de Samsung Electronics Co. Lee Jae-yong quitte la Cour centrale du district de Séoul, le lundi 8 juin 2020, après un interrogatoire tenu afin de décider de l'émission ou non d'un mandat d'arrêt à son encontre.

Samsung a fermement démenti ces allégations, affirmant que Lee n'était impliqué dans aucun processus décisionnel concernant la fusion de 2015 et qu'il n'y avait eu aucune manipulation du cours des actions ni négociation déloyale.

Même si Samsung a évité le pire scénario, le conglomérat est toujours en état d'alerte, car la bataille juridique liée aux accusations contre l'héritier présomptif n'est pas terminée.

Il est possible que les procureurs demandent à nouveau un mandat d'arrêt après avoir recueilli davantage de preuves. Les procureurs pourraient également inculper Lee sans détention et tenter de le faire condamner par le biais d'un procès.

Les observateurs de l'industrie ont estimé que bien que Lee ait évité l'arrestation, les décisions commerciales stratégiques de Samsung pourraient être suspendues, car le groupe doit maintenant se concentrer davantage sur la préservation de Lee d'une série de procès.

Lee est toujours confronté à une affaire de corruption qui l'a conduit derrière les barreaux il y a quelques années.

Lee a été emprisonné pendant environ un an en 2017 pour avoir soudoyé une confidente occulte de l'ancienne présidente destituée Park Geun-hye en échange du soutien de son administration à la fusion de 2015. Il a été libéré en février 2018 après que sa peine a été suspendue par une cour d'appel, mais la Cour suprême a ordonné l'année dernière un nouveau procès.

«Si le dirigeant (Lee) est absent en raison d'enquêtes ou de procès, il sera difficile de gérer le cabinet normalement», a analysé Choi June-sun, professeur à la faculté de droit de l'université Sungkyunkwan à Séoul.

Les inquiétudes croissantes de Samsung concernant un éventuel vide de leadership surviennent au milieu de ses efforts pour surmonter les incertitudes causées par la pandémie de coronavirus et la reprise des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

Un drapeau d'entreprise du groupe Samsung hissé devant des bureaux de Samsung Electronics Co. à Séoul, le 7 juin 2020.

Le joyau de la couronne du groupe, Samsung Electronics Co., a vu ses ventes augmenter de 5,61% en glissement annuel pour atteindre 55.300 milliards de wons (45,9 milliards de dollars américains) au premier trimestre de l'année, tandis que son bénéfice d'exploitation a augmenté de 3,43% en glissement annuel pour atteindre 6.400 milliards de wons pour la période janvier-mars.

Cependant, par rapport à l'apogée de la société en 2018, quand elle a accumulé un bénéfice d'exploitation de plus de 10.000 milliards de wons en un trimestre, sa performance était médiocre. Le fabricant mondial de puces mémoire et de smartphones a également mis en garde contre une performance atone au cours du trimestre en cours, car la pandémie devrait ralentir son activité mobile.

En tant que groupe, Samsung est impatient d'améliorer ses revenus. Les 12 filiales cotées du groupe Samsung ont enregistré un bénéfice d'exploitation combiné de 16.200 milliards de wons l'année dernière, en baisse de 65% par rapport à l'année dernière.

Lee est actif dans la direction de la stratégie commerciale de l'empire centré sur la technologie avec des plans d'investissement massifs depuis sa sortie de prison en 2018, mais les récents risques juridiques peuvent limiter ses déplacements.

En août 2018, six mois seulement après sa sortie de prison, Samsung a annoncé un investissement de 180.000 milliards de wons pour les trois prochaines années, dont 130.000 milliards de wons seront utilisés en Corée du Sud et se sont engagés à créer 40.000 emplois.

Ces dernières années, Samsung Electronics tente d'étendre sa présence au-delà du secteur des puces mémoire.

En avril dernier, la société a annoncé son objectif de devenir le premier fabricant mondial de puces logiques d'ici 2030 en investissant 133.000 milliards de wons pour renforcer sa compétitivité dans le système LSI et les activités de fonderie.

En plus de la fabrication de puces, Samsung a promis l'année dernière d'investir 13.100 milliards de wons jusqu'en 2025 pour développer ses écrans de nouvelle génération, appelés écrans à points quantiques.

Le vice-président de Samsung Electronics Co., Lee Jae-yong, s'incline avant de présenter des excuses pour les irrégularités liées à sa succession et les problèmes concernant le syndicat durant une conférence de presse au siège de l'entreprise à Séoul, le mercredi 6 mai 2020.

Malgré la pandémie, Lee était occupé ces derniers mois à visiter des sites de production de Samsung dans le monde, y compris son usine de puces à Xi'an, en Chine, pour inspecter des plans d'activités.

Dans l'espoir d'une réponse publique positive avant les procès de l'héritier, il est possible que Samsung intensifie davantage sa campagne de conformité et fasse valoir ses progrès dans la poursuite d'une gestion respectueuse des lois avec Lee.

Dans ses rares excuses publiques formulées le mois dernier, Lee s'est excusé pour les controverses entourant ses problèmes de succession et a promis de ne pas transmettre le pouvoir de gestion à ses enfants. Il a également promis d'abandonner la politique «pas de syndicat» du groupe et de parler activement avec la société civile pour renforcer la culture de conformité.

Samsung a lancé en février un comité de conformité indépendant pour surveiller ses actions connexes. Le comité a récemment exhorté le conglomérat à présenter des plans d'action détaillés soutenant l'engagement de conformité de Lee.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page