Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Un expert de l'ONU s'inquiète des pénuries alimentaires en Corée du Nord en pleine pandémie

Actualités 09.06.2020 à 22h20

SEOUL, 09 juin (Yonhap) -- Un rapporteur spécial de l'ONU sur la situation des droits de l'Homme en Corée du Nord a exprimé ce mardi ses préoccupations concernant les pénuries alimentaires en Corée du Nord, déclarant que la fermeture des frontières du pays en raison de l'épidémie de nouveau coronavirus (Covid-19) a exacerbé des conditions déjà précaires.

Tomas Ojea Quintana a exhorté les Nations unies à reconsidérer les sanctions imposées au pays, citant des nouvelles faisant état d'une augmentation du nombre de sans-abri et d'une flambée des prix des médicaments en Corée du Nord. Il a également demandé à Pyongyang d'autoriser les activités des groupes humanitaires.

«Le manque de nourriture a eu un impact dévastateur en RPDC dans les années 1990 et les perspectives d'une nouvelle aggravation des pénuries alimentaires et d'une insécurité alimentaire généralisée sont alarmantes», a-t-il dit. RPDC est l'acronyme du nom officiel de la Corée du Nord, la République populaire démocratique de Corée.

La décision de la Corée du Nord de fermer sa frontière avec la Chine en janvier pour empêcher que le Covid-19 n'entre dans le pays a grandement affecté le commerce transfrontalier et les revenus des commerçants, a déclaré Quintana.

La Corée du Nord serait confrontée à une pénurie d'environ 860.000 tonnes de céréales cette année, selon un responsable sud-coréen.

«La crise met en évidence les difficultés économiques auxquelles sont confrontés les Nord-Coréens, et l'impact négatif des sanctions sur le respect des droits économiques et sociaux de base», a déclaré Quintana.

L'expert de l'ONU a également exhorté le Nord à libérer les détenus dans des conditions sanitaires vulnérables afin d'empêcher la propagation du virus.

Quintana a pris le poste de rapporteur spécial sur la Corée du Nord en 2016. La Corée du Nord n'a pas approuvé ses multiples demandes de visite dans le pays.

Tomas Ojea Quintana, le rapporteur spécial de l'ONU sur les droits de l'Homme en Corée du Nord. (Photo d'archives Yonhap)

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page